Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 janvier 2007 3 03 /01 /janvier /2007 14:12

 

60 ans de mariage

 

Du Diamant pour Marthe et Raymond

Comme à la mairie en 1946 !

Il y a 60 ans aujourd'hui. Le 31 décembre 1946, Marthe ROLLAND et Raymond CLUSAZ, se disaient  ''OUI '' devant M. le Maire de Champigny-sur-Marne.

Ce n'est pas tellement loin... ils s'en souviennent encore !

Marthe est née à Kervad à Lanloup et à fêté ses 90 ans le 1er Mai, elle est la vice doyenne de la commune. Raymond, fêtera ses 90 ans le 30 Mai prochain et détient le titre de doyen de Lanloup.

Bientôt tous les deux vont être arrière-grands-parents, cette fois le titre est partagé !

Tu devrais m'en faire plus souvent !

Tous les deux étaient instituteurs et au début de leur retraite dans encore un ''OUI'' commun, ils ont décidé de vivre au soleil, en passant l'hiver du côté de Marseille et l'été dans leur gentille maison de Lanloup.

Ces trajets ont quand même duré trente ans ! En raison de leur grand âge, ils ont choisi la Bretagne comme port d'attache et Lanloup pour embarcation.

Ils y passent une retraite pas forcément paisible, mais plutôt active, car ils sont très pris par les tournois de Bridge entre Paimpol et St Quay-Portrieux, la partie n'est pas gagnée d'avance. Mais le classement est super.

Marthe et Guillaume ROLLAND les deux extrémités de la famille.

En ce jour mémorable, à marquer d'une pierre blanche (d'un diamant) ils n'ont pas manqué de convier la proche famille au traditionnel vin d'honneur.

Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans LANLOUP AU JOUR LE JOUR
commenter cet article
1 janvier 2007 1 01 /01 /janvier /2007 10:01
 
Départ en retraite
 
L’heure de la récré…
 
Voilà qui est fort original, commencer l’année en partant en retraite, on ne peut espérer mieux !
A
 
 
 
Jeannot Le Put
Jean Le Put, plus communément connu sous le nom de Jeannot, a commencé sa carrière de couvreur en 1972. Domicilié à Kerfot, il avait installé son entreprise à Lanloup, petit village qu’il affectionne tout particulièrement.
A
 
 
Une centaine de personnes, était présente à ce pot d'amitié.
Pour finir en beauté Jean, ne s’est pas contenté d’effectuer piano, piano, la couverture d’un toit d’abri de jardin. Il s’est offert pour dernier chantier, la couverture du château de Loc-Maria à Ploumagoar, ce qui ne représente pas une mince affaire.
A
 
C’est avec un peu de nostalgie tout de même qu’il quitte sa situation élevée, pour une vie un peu plus terre à terre, mais, près de ses proches.
A
 
 Ce n'est qu'un au revoir.
Vendredi soir à la salle polyvalente, en présence de M. Hubert Blanchard, Maire de Lanloup, des membres du conseil municipal, des présidents d’associations, des clients locaux, des représentants commerciaux, d’artisans et d’amis, que Jeannot fêtait son départ en retraite en offrant le pot de l’amitié.
A
 
 Le Conseil Municipal n'a pas manqué de venir saluer M. Le Put.
 
Mais que va-t-il faire durant ses journées ? Sans hésiter il nous répond : la pêche, le bateau et jouer aux billes avec mes petits enfants et s’il lui reste du temps de libre, il improvisera.
 
Jean et son épouse Marie Thérèse.
En signe de remerciement pour son aimable invitation, son épouse Marie Thérèse, a reçu des fleurs et Jean, un petit chèque (non pas pour régler l’ardoise) mais pour s’acheter entre autre… des billes !
A
 
Jean et  Alban, beau fils et successeur.
La succession reste familiale et se trouve assurée par son beau fils Alban SCHOUBERT, 31 ans, de Pléhédel, assisté de six ouvriers.
 
Nous souhaitons une heureuse et longue retraite à Jeannot, qui ne l’oublions pas a donné gracieusement son temps pour effectuer la couverture de la chapelle Sainte Colombe de Lanloup en 1993, qu’il en soit une nouvelle fois remercié.
 
Pour Alban nous lui souhaitons beaucoup de travail !
 
Jean-Yves Rolland
Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans LANLOUP AU JOUR LE JOUR
commenter cet article
8 septembre 2006 5 08 /09 /septembre /2006 00:35

 

  
AUX PORTES DE LA RENAISSANCE

Il était une fois...

 

 

Une brève visite à Ste-Colombe.

 

 

 

Aux portes de la Renaissance.

Située sur la départementale 54, à la sortie de Lanloup en direction de Pléhédel, la chapelle Ste-Colombe, fut édifiée au XVème siècle. 

Sainte-Colombe a été bâtie sur l'emplacement du premier monastère, à côté du cimetière, face au manoir de Kerverret. Elle eut pour fondateurs, Jeanne de Lanloup et son époux Geffroy de Boisgelin, Seigneur de Kerverret. 

 

 

Tombe de St-Méloir, missionnaire itinérant, elle a toujours été très bien entretenue.

Si le cimetière, a aujourd'hui disparu, il y subsiste cependant une seule et unique tombe, celle de St-Méloir. Ce missionnaire itinérant, avait fait pour voeux, d'être enterré à l'endroit ou il décèderait. Sa volonté fut ainsi respectée.

 

Il y a bien longtemps, les mères de familles, venaient à Ste-Colombe avec leurs jeunes enfants, pour les rouler sur la pierre tombale du missionnaire très bon marcheur, afin de fortifier leurs tendres jambes, pour qu'ils puissent marcher de bonne heure.

 

 

 

Devenue fantôme, au petit jour, le spectre de Ste-Colombe émerge lentement des brumes.  Photo Yannick LENOUVEL.

 

Abandonnée et pillée.

Au fil des siècles, Ste-Colombe a sombré lentement dans l'oubli. Abandonnée, elle se laisse ruinée, piller...

Les intempéries ont bien vite eu raison de sa charpente, puis de son clocher qui s'écroula avec fracas lors d'une sombre nuit d'hiver dans les années 50.

 

 

La chapelle Sainte-Colombe à l'état de ruine en 1986.

Il y a juste 20 ans cette année, une association fut créée, pour tenter de la réssusciter. Bien des gens trouvaient ce projet utopique, voir inutile.

L'association Mein-Kozh (vieilles pierres) vit le jour en septembre 1986. Ce qui faisait naître de nouveaux espoirs pour la chapelle.

 

 

 La chapelle Ste-Colombe au tout début de sa restauration en 1987.

Très vite l'oiseau a fait son nid. Grâce, aux dons de nombreuses personnes de Lanloup et de l'extérieur, aux diverses subventions, aux repas organisés et surtout à l'argent issu de la brocante annuelle, Ste-Colombe s'est petit à petit remplumée.

Ce poème, appartient fort heureusement au passé, mais reflète aussi précisément que possible, le triste état de la chapelle.

Renaissance

Je suis une chapelle abandonnée,
Privée de fidèles, amputée du clocher,
Fatiguée d'avoir trop vécu,
Attristée et déçue.

Sans pitié, vous m'avez laissée tomber,
Sans remords, vous m'avez laissé piller,
Je ne demandais qu'à vivre et à vous aimer.

Seul un lierre s'attacha à moi,
M'étreignant de ses bras,
Me maintenant hors de terre,
D'un geste salutaire.

Enlaçant amoureusement mes vieilles pierres,
Pour me conserver la vie,
Telle une colombe protégeant ses petits.

Je suis blessée mais pleine de volonté,
Un peu de chaux, un peu d'amitié,
Suffiraient à me remonter.

Je ne demande qu'à vivre et à vous faire chanter,
Je vous ferai revivre les pardons de naguère,
Je vous ferai porter la croix et la bannière.

                             Jean-Yves Rolland

                        Prix Claude Dervenn 1986

 

La statue de Ste- Colombe dans l'église de Lanloup .

Aujourd'hui, Ste-Colombe règne toujours sur Kerverret, ou elle est de nouveau honorée lors de son pardon début septembre. Après une quinzaine d'années d'efforts et de patience elle peut être, la fierté de l'association Mein-Kozh et de la commune de Lanloup.

 

Un peu plus petite qu'à l'origine Ste Colombe règne à nouveau sur Kerverret.

 

 

Très belle ouverture sur la façade (sud) d'origine.

 

 

La magnifique verrière en ogive trilobée géminée sur le pignon (côté est) est restée intact durant les siècles. Le vitrail a été refait à l'identique.

 

 

Un vitrail dédié à Ste-Colombe, dans l'aile gauche de l'église de Lanloup.

 

 

Une grande pierre du clocheton est malheureusement restée introuvable.

 

La cloche "Marie Colombe", rassemble comme jadis les fidèles à la chapelle. 

 


                                                               Quinze ans plus tard...

 

 

Une belle renaissance pour Ste-Colombe, qui a toute sa raison d'être !

 

Ce poème a été écrit en hommage à toutes les personnes, qui de près ou de loin "ont apporté leur pierre" en contribuant à la restauration de l'édifice.

 

Vieilles Pierres

J'étais une chapelle abandonnée,
Qui agonisait, près d'un ancien cimetière.
Des bénévoles, se sont rassemblés,
Pour mettre fin à mon triste calvaire.

Durant un long chapelet d'années,
Dotés de piètres moyens,
Des hommes, des femmes, se sont relayés,
Pour oeuvrer à mon nouveau destin.

Armés de courage, d'espérance et d'amour,
Ils ont peu à peu, estompé mes rides,
S'efforçant de me faire chaque jour,
Plus belle et plus solide.

Quinze ans d'efforts,
Pour m'arracher à mon triste sort,
Quinze ans de patience,
Pour parfaire ma renaissance.

Le jour du pardon, à l'aube de septembre,
La petite Colombe déploie ses ailes,
Tel un phénix qui renaît de ses cendres,
Pour rassembler comme jadis, ses nombreux fidèles.

Lorsque tinte ma petite cloche,
Pour vous inviter à la prière,
Je suis heureuse, quand sous mon vieux porche,
Pénètrent glorieusement, la croix et la bannière.

                                Jean-Yves Rolland


Musique d'Alan STIVELL
Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans SAINTE COLOMBE
commenter cet article
7 septembre 2006 4 07 /09 /septembre /2006 00:34


BONJOUR LE BOURG
 
             Un petit village de caractère 

 

Nous allons maintenant descendre au bourg de Lanloup. Les deux cotés de la route sont bordés d'hortensias, qui agrémentent la promenade.

Mais avant de descendre jusqu'à l'église, tournons un instant gauche, à Kerguistin, pour nos amis touristes, traduction oblige (Le village des chataignes).

 

 

La croix de mission de 1877.

Là une table de pique nique vous y attend, au pied de la croix de mission qui date de 1877.

De cet endroit vous pourrez aisément apercevoir le clocher du village, qui vit paisiblement dans son berceau de verdure. Nous y reviendrons, promis !

 

 

 

Vue du clocher de la croix de mission.

La pause est maintenant achevée (merci d'avoir laissé l'endroit propre) et poursuivons notre descente.

Ici à votre droite, ce trouve l'ancien presbytère, transformé agréablement depuis quelques années en Mairie.

 

 

L'ancien presbytère, a été transformé en Mairie (légèrement embellie sur ma photo).

Sur votre gauche, se trouve la chapelle dédiée à Saint-Roch, elle fut édifiée en 1693, reconstruite vers 1779. Les Seigneurs de Lanloup y rendaient la justice. Elle fut également restaurée en 1987. Devant se trouve le monument aux morts.

 

Saint-Roch était la maison de justice des Seigneurs de Lanloup.

 

Encore et toujours à votre gauche, la belle église, qui ne manque pas de partager son cachet avec ce charmant petit bourg de caractère. Sa construction date du XIII ème siècle, elle fut remaniée au XVI ème, puis au XVIII ème siécle.


 

Ses premières pierres dates du XIII ème siècle.

 

 

L'entrée principale.

 

Nous arrivons devant l'entrée principale, un magnifique porche, à la dentelle de pierre, qui abrite jalousement les statues de granit, des douze  apôtres, se profil derrière le beau calvaire.

 

 

 Décor issu d'un autre temps...

Pénétrons dans l'enclos paroissial. A l'entrée un magnifique calvaire sculpté dans un beau granit de 5 mètres 50. Le fût carré au décor gothique est fixé sur un socle restauré en 1758. Da part et d'autre du Christ en croix se tiennent Marie, la tête inclinée, les mains jointes et saint Jean, les yeux levés.

 (source : Le Patrimoine des Communes des Côtes-D'Armor éditions FLOHIC)

 

 Le porche de l'entrée principale surmonté de la statue de St-Loup et des armoiries de Lanloup.

 

 

 

Les douze apôtres de pierre veillent sur l'entrée de l'église.

  

                                               La haie d'honneur des douze apôtres de pierre.



                                                                       Mais..., qui est qui ? 
        Lors d'une précédente restauration, les apôtres n'ont pas réintégré leur niche respective.


                                                               St-Loup patron de la Paroisse.


  Toujours St-Loup.

 

Saint-Guillaume se trouve face à l'entré principale.

 

 

Et notre bien aimée Sainte-Colombe.

 

   

Les gargouilles, ces animaux mythiques venus d'un autre monde.




 

Les cloches de Lanloup à ce jour électrifiées, rythme à nouveau les temps forts de la journée midi et 19 h (l'angélus). 

 

Au terme de cette brève visite, de ce petit bourg très pittoresque, il vous appartient de flâner plus longuement en ce site gorgé d'histoire, pour y découvrir bien d'autres beautés.

   


Musique d'Alan STIVELL
Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans LE BOURG
commenter cet article
6 septembre 2006 3 06 /09 /septembre /2006 20:29

 

 

 

Sur les petits chemins de travers

Laissons le paysage nous parler

 

 

La belle silhouette élancée, d'un cheval sur la colline de Kerjolis.

 

 

 

Son cousin, plus trapu, mais privilégié, à vue imprenable sur la mer.

 

 

Moi aussi de mon balcon la vue n'est pas mal !

 

 

 

Une bien jolie broche de Turquoise, posée sur son écrin d'Emeraude.

 

 

 Tout droit, au bout du chemin à gauche !

En sillonnant ces petits chemins bien agréables, il n'est pas du tout garantie de retrouver, ces cartes postales éphémères...

Mais par contre de bien belles pierres vous y attendent, pour vous faire admirer les vestiges plus que centenaires.

Si le manoir de Kerjolis, a quant à lui a pratiquement disparu, il subsiste fort heureusement son magnifique porche double, qui nous laisse imaginer l'importance de ce domaine.

Ce porche est surmonté des armes des Seigneurs de Quellennec.

 

 

Le porche du manoir de Kerjolis.

 

 

 

Les armes des Seigneurs de Quellennec.

 

 

En quittant ce lieu chargé d'histoire, un petit regard, sur la belle croix de Boulse'ch, située à la bifurcation Kerjolis et Bréhec.

 

 

Un bien beau paysage s'offre à vos yeux.

Si vous continuez, par ces délicieux petits chemins de travers, rendez vous, sur le chemin des douaniers, qui vous offrira une magnifique vue sur la baie de Bréhec.

 

 

 

Vue imprenable sur le port de Bréhec à 2 Km de Lanloup.

Hein que c'est beau ?... vous avez bien fait de me suivre, mais n'oubliez pas de rentrer par Lanloup... ou la visite continue.

 


Musique d'Alan STIVELL
Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans KERJOLIS
commenter cet article
6 septembre 2006 3 06 /09 /septembre /2006 20:19

Chemins de Travers et Lavoirs

La fontaine du Golven

 

La fontaine du Golven

Situés à mi-chemin, entre le bourg de Lanloup et le manoir Ropartz, face au chemin qui mène à Kerjolis, la fontaine et le lavoir du Golven (Moineau), dans leur écrin de verdure ombragé, offrent aux flâneurs, une délicieuse aire de repos.

 

Encore un bien joli coin de la commune de Lanloup 

undefined

La poésie de l'automne déposée sur l'onde pure.

 Le lavoir de Kervégan

Le lavoir de Kervegan, près de la chapelle Sainte Colombe.

Le lavoir de Kervégan est situé sur la D 54  à quelques pas de la chapelle Sainte-Colombe en direction de Pléhédel. 

Dès le printemps, accompagné des premiers rayons de soleil, le lavoir de Kervégan fait tout comme la nature ''Peau Neuve'' grâce à la commission d'environnement.

Composée d'une quarantaine de personnes, la commission d'environnement dirigée par Fañch Rebours, adjoint au maire, se réunie régulièrement lors des rencontres de débroussaillement, pour veiller à l'entretien des chemins de travers et des lavoirs de la commune.

 

 

Le lavoir du Roudour

 

Le lavoir du Roudour  en direction de Paimpol.

Longtemps resté à l'abandon, envahie par la végétation, la commission d'environnement a également eu beaucoup de travail pour redonner tout son charme à ce petit lavoir du ''Roudour'' qui méritait de retrouver son aspect d'antan.

Il accueillait les lavandières et leurs conversations rythmées par les coups de battoirs.

 


Musique d'Alan STIVELL
Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans FONTAINES ET LAVOIRS
commenter cet article
5 septembre 2006 2 05 /09 /septembre /2006 20:30

 

 

 

 

 

Du Seigneur Rolland . . .

Au Compositeur Guy Ropartz

 

 
                                               Le manoir du compositeur Joseph-Guy ROPARTZ.

Du bourg, empruntons à présent le petit chemin de travers qui rejoint les hauteurs de Run Ar Vilin (La Colline Du Moulin) situé entre la chapelle St-Roch et le jardin de la mairie, qui porte le nom du compositeur Guy Ropartz.

                                              Le blason de la famille de Lanloup.

Ce chemin longe le château de Lanloup. Au XIII ème, il fut habité par le Seigneur Rolland, premier Seigneur de Lanloup.

                                                      Les armoiries de Lanloup gravées sur le cadran solaire.

 

Le château a été construit en plusieurs étapes sur les bases d'un ancien logis seigneurial. Le blason de la famille de Lanloup figure au-dessus de la porte. Anne-Joseph de Lanloup, dernier seigneur de Lanloup et propriétaire du château, est médecin. Il fonde un hospice pour soigner les pauvres de la paroisse.

                                                   Le cadran solaire du manoir.

Accusé d'avoir entretenu une correspondance avec l'armée royale, il est guillotiné à Paris pendant la Révolution.


En 1794, le château est acheté par Joseph Ropartz, qui devient chevalier de l'Empire en 1810.

 

 

 

Joseph Guy Ropartz

 

 

1864 - 1955

Né à Guingamp, le 15 Juin 1864, Joseph-Guy Ropartz composa sa première oeuvre en 1882, à l'âge de 18 ans.

14 ans plus tard, en 1894, il est nommé à la direction du conservatoire et des concerts symphoniques de Nancy. Il devient ainsi à l'âge de 32 ans, le plus jeune directeur des conservatoires de France.

En 1919, durant dix ans, il prend la direction du conservatoire de Strasbourg, jusque l'âge de sa retraite.

C'est en 1929, qu'il vient habiter le manoir familial situé dans la commune de Lanloup, où il passe une retraite plus qu'active, consacrée à la musique, non seulement en qualité de compositeur, mais aussi de chef d'orchestre.

Guy Ropartz s'éteignit, en ce lieu qu'il affectionnait tout particulièrement, le 22 novembre 1955, le jour de la Sainte-Cécile, patronne des musiciens.

(source : Le Patrimoine des Communes des Côtes-D'Armor éditions FLOHIC)

 

 

Nostalgie

Faite de vieilles pierres habilement montées,
Un petit manoir, respire le calme, la sérénité.
Sa lourde porte entrouverte,
Laisse pénétrer le soleil de midi,
Effaçant un peu plus chaque jour,
Un poème d'amour,
Griffonné jadis, par un chevalier conquis.

Le lent, tic…, tac…, de l'horloge,
Égrène inlassablement les années,
Berçant la respectueuse poussière,
Qui sommeille sur de vieux parchemins oubliés.

De délicats brise-bise égayent les fenêtres,
Un chat s'éveille au coin de l'âtre,
S'étire et ronronne aux pieds de son maître.


Le soir, une délicieuse odeur de soupe,
Envahit l’habitation,
Tandis qu'une belle femme au visage ridé,
S'affaire devant son chaudron.

La douce flamme de la vieille lampe,
Posée près du rouet, vacille.
Sa lueur mélancolique,
Dessine sur les tentures, des arabesques mystiques.

Esquissant dans le lit clos, une volumineuse couette,
Dévoilant pudiquement une couche douillette.
Où, après avoir frugalement soupé,
La coiffe blanche et les sabots, soigneusement rangés,
Blottis l'un contre l'autre, pour ne pas avoir froid,
Un vieux couple s'endormira.


                                                                  Jean-Yves Rolland


Musique d'Alan STIVELL
Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans MANOIR ROPARTZ
commenter cet article
4 septembre 2006 1 04 /09 /septembre /2006 20:20

 

 

 

VISITE AU MANOIR DE LA NOE VERTE

 

La Vie De Château

 

 

Suivez moi, c'est par là...

 

Nous avons vraiment de la chance ! A une centaine de mètres près, le magnifique manoir de la Noë Verte , échappait à la commune de Lanloup, pour se retrouver en Pléhédel. Mais fort heureusement, ce n'est pas le cas.

 

A environ deux kilomètres du bourg, s'élèvent les remparts de la Noë Verte.

 

Reprenons la direction de Ste-Colombe, empruntons à nouveau la départementale 54, qui mène à Plédédel. Deux petits kilomètres plus loin, vous trouverez sur votre droite les magnifiques remparts du manoir de la Noë-verte . 
l

 Les portes du passé, s'ouvrent sur une grande allée.

Franchissons le seuil de ce magnifique domaine, superbement restauré par la famille BOUTBIEN, qui a tout mis en oeuvre, pour redonner à ce manoir, ses lettres de noblesses et son charme d'antan, en le sauvant inextrémiste de la ruine.

 l

  Sous l'ombrage des arbres séculaires, le pigeonnier rayonne dans l'allée du Manoir.

Empruntons la grande allée ombragée, bordée de jeunes chênes. Admirez, une centaine de mètres plus bas, le vieux pigeonnier. Ce Colombier comporte une coupole en gradin percée en son centre d'un oculus d'où peuvent s'envoler les oiseaux. Cette disposition est typique des colombiers bretons. Il est l'un des rares des Côtes-d'Armor à être encore en activité.

(source : Le Patrimoine des Communes des Côtes-D'Armor éditions FLOHIC)

 

D'immenses et lourdes portes de chêne, laissent entrevoir le manoir admirablement

restauré.

Pour le plaisir des yeux, contemplez ce très beau porche double, qui protège jalousement sa vaste cour intérieure et un riche passé, gorgé d'histoire...

 

 Regard sur autre époque.

Comment ne pas oser jeter un oeil dans ce ravissant enclos, inscrit depuis 1927 à l'inventaire des Monuments Historiques. Ce manoir fut construit au tout début du XIII ème siècle par Aufrai de Goesbriand, chevalier et capitaine. 

 

Dans ce lieu enchanteur, laissez-vous emporter dans un autre siècle, bercé par le roucoulement des pigeons.

Le premier propriétaire connu de ces lieux fut, Sylvestre Boisgelin aux environs de 1418. Puis en 1506, il appartient à Yves Pinart sieur de Kerverziou. Le domaine revînt en suite en héritage à Jean de Lannion, Seigneur des Aubravs. Chevalier de l'ordre du roi, il est nommé par Louis XIII capitaine des gardes-côtes, des ports et des havres de l'évêché de Tréguier.

 

  Fenêtre sur cour. Magnifique fenêtre ornée de gargouilles.

Il fut abandonné au milieu du XX ème siècle et tomba très vite en ruine. 

A travers les siècles, le manoir de la Noê Verte  a connu de nombreuses périodes de restauration et d'agrandissement, pour arriver à la structure imposante qu'il possède aujourd'hui. Notamment au XV ème et XVI ème siècle où on le pourvoira d'un pigeonnier.

Dans son parc, bordé d'un vaste étang, le manoir de la Noë Verte rayonne dans son écrin de verdure, la silhouette élancée de ses tours, se mirent sur l'onde frémissante.

C'est sur ces belles images de paix, de tranquillité et de plénitude, que nos chemins de travers se séparent de nouveau.

Ces quelques images, ces quelques lignes, ont conduit vos pas à travers nos plus beaux sites.

 Grâce et beauté, l'inlassable ballet du cygne blanc sur l'étang émeraude. 

J'ai essayé de vous guider à travers ces lieux historiques, le plus simplement possible, afin de vous donner l'envie de parcourir ces mêmes  chemins et de vous inciter à découvrir à votre manière notre belle petite commune de Lanloup.

   

 A BIENTÔT !
 

Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans PROMENADE A LA NOE VERTE
commenter cet article
3 septembre 2006 7 03 /09 /septembre /2006 00:52

 

 

 

LE BLOG OFFICIALISE


 

 

Une initiative personnelle,


pour créer une oeuvre commune.

 

Mrs : Hubert Blanchard, Maire de Lanloup, Jean-Yves Rolland, créateur du site et Fañch Rebours, adjoint délégué à la Culture, étaient présents samedi matin à la Mairie, pour le lancement officiel du blog "Chemins De Travers", le petit journal de Lanloup.

A

S'il n'existait pas, il vient d'être créé. Chemins De Travers, le blog de la commune de Lanloup a vu le jour le 2 Août 2006.

A

Après deux mois d'essais, la bonne fréquentation de ce site a encouragé son créateur, Jean-Yves Rolland, à le partager avec la Mairie et les associations communales, pour y faire la promotion de la commune et diffuser leurs informations.

A

Samedi à 11h, c'est en présence de M. Hubert Blanchard, Maire de Lanloup et de Fañch Rebours, adjoint délégué à la culture, que s'est déroulée l'officialisation de ce blog dans les locaux de la Mairie.

A

Ce petit journal en ligne "Chemin De Travers" est un peu le fruit du hasard. Jean-Yves, novice sur Internet a tapé dans Google, le nom de sa commune et a été surpris de découvrir une foule de pages à consulter. Il a même trouvé un site où figurait l'une de ses poésies, primée du prix Claude Dervenn, il y a 20 ans.

A

D'où l'idée de faire découvrir aux internautes, à travers un blog les sites historiques de sa commune de Lanloup, qu'il affectionne tout particulièrement.

A

Inutile de vous présenter plus longuement ce site, vous y êtes déjà. Prenez tout votre temps pour le visiter, bonne promenade sur nos Chemins De Travers !

A

undefined 

 


Musique d'Alan STIVELL
Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans LANLOUP SUR LE NET
commenter cet article
2 septembre 2006 6 02 /09 /septembre /2006 10:22

 

 

Un autre regard sur . . .

l’Eglise St-Loup !

 

 

 

Incontournable, l’église de Lanloup par sa beauté, ne manque pas d’arrêter les touristes de passage, attirés par son cachet et son allure issue d’un autre temps.

 

Il y aura bientôt un siècle que cette belle dame, est inscrite et classée comme monument historique.

A

 

 

 

 Un fascicule de 24 pages, réalisé par Danielle et Marcel GABAUD

 

A son intention, un fascicule comprenant 24 pages, réalisé par Danielle et Marcel GABAUD, édité en 2005,  retrace l’histoire de la commune de Lanloup et de ce joyau « l’église Saint-Loup », dont les premières pierres datent du XIII ème siècle.

A

 

Une cinquantaine de photos en couleurs, vous feront découvrir divers tableaux, Saints et Saintes, régnant en ce magnifique lieu de culte.

A

 

Vendu 10 €, à la mairie, bar-épicerie "Le Kerganer", chez Dominique Connan et chez Mme Thomas, le bénéfice réalisé est versé à l’association St-Loup-St-Roch, ayant pour vocation la restauration de l’église.

A

 

 

 


Musique d'Alan STIVELL
Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans L'OEUVRE ET LA PLUME
commenter cet article