Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 septembre 2007 4 06 /09 /septembre /2007 21:22


PARIS BREST PARIS
 
l
JOËL HONORE LANLOUP 

 

Créée en 1891 par Pierre GIFFARD dans le but de démontrer le caractère pratique de la bicyclette, la randonnée Paris-Brest-Paris, soit un circuit de1200 km, est toujours d’actualité. 
l
PARIS-BREST.jpg
 
Cette année pour la 16 ème édition, un p’tit gars de chez nous, Joël DOUSSET, 65 ans, y représentait la commune de Lanloup.
 
Joël, fait du vélo depuis juillet 2002, date de son arrivée en retraite. Il est licencié depuis quatre ans au Club Cyclotouriste de Plouha.
PBP-01.JPG 
                                             Joël DOUSSET, 65 ans, au terme de ses 1250 km.
 
Après avoir effectué, comme il se doit les brevets d’homologations des 200, 300, 400 et 600 km exigés par le club organisateur l’Audax, Joël était en règle et admissible pour effectuer la célèbre Paris-Brest-Paris.
 
Joël est donc parti de Paris le lundi 20 Août à 21 h 30, sous un temps exécrable (nous aussi, ça console), pour y revenir le vendredi 24 à 13 h 41.


                       De retour au pays, quelques tours de vélo sur le circuit des falaises.
Sur les 5300 inscrits 3200 ont pointés à l’arrivée, fort heureusement notre poulain était dans le lot.
 
Ce n’est pas sans mal, qu’il a parcouru 1250 km en 88 heures et 11 minutes. Première étape, Paris-Loudéac soit 480 km. Ouf, le temps de souffler un peu, une petite douche, un repas, on regonfle le mec et le vélo, puis on repart de plus belle. 

Direction, Huelgoat, Roc Trévézel, Sizun et Brest, (de toute façon, il ne pouvait pas aller plus loin), après avoir traversé le symbolique pont Albert LOUPPE, il arrivait heureux au Stade Francis LE BLE.
 
l

PBP-03.JPG
                                                Bien content de retrouver son petit bourg.
Que faisait son épouse Jeannine durant tout ce temps ?
 
Je vais vous le dire !
 
Joël était muni d’une carte de pointage à puce et tout au long du circuit à chaque poste de contrôle, Jeannine surveillait Joël sur Internet. Donc, il était contrôlé deux fois, une fois officiellement par les organisateurs et une seconde fois à la maison par maman. Pas question comme pour le Tour de France de faire une échappée…, il était placé sous haute surveillance.
 
-         Joël, qu’às tu fait après avoir pointé à Brest à 11 h 45 ?
-         J’ai bu un coup et je me suis tiré au resto !  
l
PBP-06.JPG                                     Fort heureusement la route du retour était bien flêchée. 
Il n’a certes pas pris trop le temps d’écrire une carte postale à Jeannine, ni de faire du lèche vitrine, puisqu’à 12 h 45, il retourne son vélo pour faire la route en sens inverse (mais pas du même côté).
 
Il arrive ainsi à peine essoufflé pour l’apéritif, à 20 h à Loudéac. A peine essoufflé d’accord, mais les cervicales en vracs. Il en profite pour se faire masser tous les 80 km, (mais ça, Jeannine ne le sait pas, ce n’est pas dit par la carte à puce).
 
Son coatch, pour soulager la douleur, lui installe un crochet de tendeur à son casque et l’autre extrémité à son ‘’pantalon’’ et lui confectionne une minerve de fortune à l’aide d’un filet à pommes de terre bourré de papier journal, pour lui soulager les cervicales.  
l
PBP-04.JPG
                                                 M. le Maire, Hubert Blanchard, a félicité Joël.
Malgré les conseils d’arrêter ‘’ la promenade’’ Joël continu… il finit par devoir rouler, un coude posé sur le guidon, le menton reposant dans la main, de manière à voir la route sans trop souffrir, il en est ainsi durant une bonne centaine de km.
 
Ses dernières pensées ne furent pas pour Jeannine, mais pour les grands sportifs qui souffrent dans l’effort pour battrent des records et il pense que ses douleurs de cervicales, c’est bien peu de chose… 
l
PBP-05.JPG
                                                 Le prochain Paris Brest ce fera à la pâtisserie...
Enfin vendredi à 13 h 41, la délivrance ! Il arrive au panneau d’agglomération PARIS ! 

Jeannine.JPG
  Depuis le temps que l'on vous en parle... la voici enfin à côté de son champion, Dame Jeannine !
Merci Joël de nous avoir fait partager ces forts moments de ta randonnée et toutes nos félicitations. 
                       
l
Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans MAGAZINE
commenter cet article
2 septembre 2007 7 02 /09 /septembre /2007 08:28


CLIN D'OEIL
 
l
Côté... cour ! 
Tout était bien calme ces derniers temps à Lanloup, moins de circulation avec le départ des derniers touristes, du beau temps, une légère douceur d’automne se faisait sentir en cette fin de période estivale. 
mouette16.gif
 
Non ! Ce n’était quand même pas le calme complet… Bien au contraire !
 
Il y a quelques jours, je tentais d’achever ma grasse matinée bien paisiblement, (ce n’est pas vrai, je suis un lève tôt, mais pour l’article ça fait bien, surtout que je n’ai pas grand-chose à dire), quand quelques bruits sourds vinrent me titiller les tympans, des bruits de raclement d’abord. 
 
Puis, des bruits de moteurs qui se faisaient de plus en plus pointus et des éclats de voix me jetèrent hors du lit, j’ouvre la fenêtre, pas de casques à l’horizon, pas de jeeps non plus, donc pas de panique, ne nous alarmons pas... 

J’allume la radio, (ce n’est pas vrai, je ne l’écoute jamais, je capte rien, pas moi le poste), la France n’est en guerre avec personne, Nicolas prépare son petit cartable pour la rentrée, Ségolène aussi, elle range sa gomme et ses petits crayons, mais pas pour rentrer dans la même école, la routine pour tout le monde… donc ce ne peut-être qu’un phénomène uniquement local sans grande gravité, il n’y a pas péril en la demeure !
 
l
COUR-01.JPG
                                                     La cause de mes mots.
Je prends donc le temps d’avaler mon petit café Espagnol (café olé ! au lait), et je me dirige courageusement vers l’épicentre du séisme. Et là, je constate qu’une entreprise de travaux public est en train d’œuvrer, à défoncer la cour de mon ancienne école, transformer aujourd’hui en salle polyvalente, oui ma cour à moi, en miette…
 
Soudain, je me revois en culotte courte courir en ce lieu, sur un sol instable où les cailloux semblaient pousser hors de terre comme des champignons, je me revois également prendre mes grands pieds dans une roche qui dépassait un peu plus que les autres et faire un majestueux vol plané, m’étaler de tout mon long devant tout le monde… Oh la honte ! 
l
COUR-02.JPG
                                                                 Ma cour en miette !
Je me relevais en pleurs avec une profonde entaille dans le genou droit, que l’on m’aspergeait de teinture diode, ça me brûle encore, rien que d’y penser ! Oui je sais, c’est de l’histoire ancienne, à peine 45 ans, mais, si je ne porte plus les culottes courtes, je porte encore les stigmates de cette envolée majestueuse, avec une belle cicatrice.
 
Là, je m’égare un peu, nous avons parlé des prémisses de l’automne, de mes grasses matinées éphémères, d’un éventuel débarquement avorté, de mes vols planés dans la cour de l’école, de la rentrée politique de Nicolas et de Ségolène, nous avons fait un peu de médecine, nous allons dépassé E=M6 …. 
l
COUR-03.JPG
                                             La semaine prochaine, je bitume !
Enfin beaucoup de baratin pour tout simplement vous dire : que nous allons avoir un beau parking devant la salle des fêtes, car la municipalité a décidé de bitumer ma cour, ce qui n’est pas une mauvaise chose. 
l

Cour-04.JPG
                                                                   Toute de noire vêtue...
 
La seule chose dont j’ai le regret, c’est que ces travaux n’ont pas été exécutés quelques décennies plus tôt, car je ne me serais pas pris les pieds dans le tapis ! 
l
Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans LANLOUP AU JOUR LE JOUR
commenter cet article
26 juillet 2007 4 26 /07 /juillet /2007 19:26


LA MAIN A LA PATE

l
LES PIEDS DE COUTEAUX  

 

Aller aujourd’hui il fait beau, si l’on partait faire une partie de pêche à pieds ! A propos de pieds, partons à la pêche aux pieds de couteaux.
 
N’oubliez pas de prendre un casse-croûte, l’air de la mer ça creuse.  
l
P--che-01.JPG 
                                                                 Un paquet de sel fin.
 
Mais avant tout, prenez avec vous un sachet de sel fin. 

Il y a différentes manières de pêcher ce mollusque, avec des baleines de parapluie, des rayons de roue de bicyclette, mais la manière la plus douce et la plus attractive c’est de le pêcher avec du sel fin.
 
l

P--che-02.JPG
                                                       Il y a sûrement quelqu'un là-dedans !
En marchand au bord de l’eau repérer sur le sable des petits trous, comme celui-ci. 
l
P--che-03.JPG 
                                                                 Une pincée de sel...
 
Prenez une pincée de sel et soupoudrer le trou. Le pied de couteau qui dort paisiblement au fond du trou se dit : 
l 
- Tiens ça sent le sel par là...  debout les crabes la mer monte !

Le sel à l'action de lui donner soif et il monte boire un coup...
 
l
P--che-04.JPG
                                                         Chut... il arrive !
Le voici justement à faire surface, il va sortir d’environ quatre centimètres du sable. 
l

P--che-06.JPG                                                                       Et le voilà !

Le saisir et le mettre dans un seau avec un peu d’eau pour qu’il puisse rendre son sable. Et continuer ainsi jusqu’à pleine satisfaction.
 
Message perso :
N
athalie, c’est bien sympa de m’envoyer tes photos, mais tu aurais pu me filer quelques pieds de couteau, pour ma recette en image, enfin bon…
 
Alors voici comment les cuisiner !
 
Arrivé à la maison rincer les pieds de couteau et les faire cuires comme les moules.

- Comment cuit-on les moules ?

- Bon je vois ce n'ai pas gagné !...
  
On les dépose à sec dans une casserole et l’on met le feu dessous, (se boucher les oreilles pour ne pas les entendrent crier).
 
Il faut les remuer délicatement de temps en temps car la coquille est fragile.
 
Une fois les pieds de couteaux bien ouverts et refroidis, les ôter de leur coquilles, et les nettoyer en enlevant bien leur système digestif souvent sableux, (mais non il ne faut pas avoir fait médecine pour faire ça !).
 
Séparer les coquilles en deux, et les nettoyer.
 
Hacher les molusques assez grossièrement, puis une belle échalote plus finement et un peu de persil, assaisonner de piment, poivre, muscade râpée.
 
Malaxer le tout avec un peu de beurre salé, il s'agit d'en mettre juste assez pour que l'ensemble soit un peu amalgamé, et non d'en faire l'équivalent d'un beurre d'escargot.
 
Mettre la valeur d'une belle cuillère à café de ce mélange dans les coquilles.

Disposer dans un plat, et soupoudrer d'un peu de chapelure et cuire au four préchauffé à 200°, une vingtaine de minutes.
 
Puis me téléphoner pour venir manger.

C'est fin, c'est très fin, ça se mange sans faim et sans fin, ce sera d'ailleurs le mot de la fin.

C'est fin, c'est très fin, ça se mange sans faim et sans fin, ce sera d'ailleurs le mot de la fin.



Merci à Nathalie LA PORTA pour cette agréable sortie en image !
Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans MES RECETTES !
commenter cet article
23 juillet 2007 1 23 /07 /juillet /2007 17:57


LA MAIN A LA PATE

l
LES ROSES DES SABLES  
 
A nouveau, nous allons remettre la main à la pâte, avec aujourd’hui la confection de délicieuses friandises, très facile à réaliser.
 
Si vous appréciez les Roses des Sables, suivez cette recette, avec toutes les étapes en images. 
l
Rose-01.JPG
                                    Végétaline, Corn Flakes, Chocolat, sucre glace.
l
Tout d’abord, il nous faut :
-         200 grs de végétaline
-         100 grs de sucre glace
-         200 grs de chocolat noir
-         200 grs de chocolat au lait
-         300 grs de pétales de maïs (Corn Flakes) 
 
Rose-02.JPG l
Casser le chocolat en petits morceaux, il est autorisé d'en manger (un peu)... 
l

Rose-03.JPGl

Faire fondre la végétaline au bain-marie en remuant de temps en temps.
l

Rose-04.JPGl
 
Y ajouter les morceaux de chocolat du moins ce qu'il en reste (s'il en reste) !
l

Rose-05.JPGl
Bien remuer pour obtenir une pâte lisse, si besoin prendre un fouet (pour la préparation uniquement).
l

Rose-06.JPGl
Y ajouter le sucre glace, (on en trouve même l'été). 
l
Rose-08.JPGl
A nouveau bien mélanger (voilà le fameux fouet)...
l

Rose-09.JPGl
Dans un grand saladier verser les Corn Flakes  (si possible pas trop à côté).
l
Rose-10.JPGl
Y ajouter le chocolat fondu (s'il en reste vous savez quoi en faire hum !) 
l
Rose-11.JPGl
Mélanger délicatement, s’il le faut, y mettre les mains (la cuillère c'est pour la photo).
l
Rose-12.JPGl
Voilà c'est très bien ! (y en a pas trop sur les bords).
l

Rose-13.JPGl

Puis déposer sur une tôle à pâtisserie ou un plateau des petits tas du mélange. 
l
Rose-14.JPG
l
F
loconner de noix de coco râpé, puis mettre au réfrigérateur quelques heures (c'est long...) 
l
Rose-15.JPGl

Et voilà c'est fini, Hum… 

C'est fin, c'est très fin, ça se mange sans faim et sans fin, ce sera d'ailleurs le mot de la fin.

l
;
Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans MES RECETTES !
commenter cet article
22 juillet 2007 7 22 /07 /juillet /2007 09:06


REGARD SUR . . .

l
LA METAIRIE SAINT ROC'H  
 
Lanloup possède un beau patrimoine architectural, de part son église, ses chapelles et ses manoirs.
 
Mais bien souvent l’on passe devant une très ancienne demeure qui a aussi du caractère et un passé historique qui mérite de figurer à la visite. 
l
Sant-Roch00.JPG 
                                                        L'ancienne métairie de Lanloup
 
Il s’agit de l’ancienne métairie de Lanloup.
 
Située à quelques pas de l’église Saint Loup et de la chapelle Saint Roc'h, cette demeure a traversé les siècles et a activement participé jadis à la vie de la commune.
 
Cette maison dès plus ancienne, date de l’époque du château de Lanloup, selon certains historiens elle fut construite entre le XIV ème et le XV ème siècle. Elle appartenait ainsi au châtelain et faisait office de métairie. 
l

Sant-Roch-01.JPG 
                                                                   A travers la grille...
 
Elle fut par la suite donnée au Clergé afin qu’il puisse se réunir et elle devint la Fabrique de l’église.
 
A la révolution les biens de l’église ayant été Etatisé, cette Fabrique aurait également été nationalisée et vendue comme tous les biens du Clergé.  
l
Sant-Roch02.JPG
                                                                   Une demeure de caractère.
Elle devient alors la propriété de paysans locaux, qui y établissent une ferme en plein centre de ce petit bourg.
 
Si cette maison avait pignon sur rue pour le côté Ouest, il n’en n’était pas de même pour le côté Est.
 
Le pignon Est n’existait pas, la toiture reposait directement sur le rock de la falaise. Il est vrai qu’à l’époque on recherchait la facilité et le robuste, de ce fait les deux conditions étaient réunies. 
l

Sant-Roch03.JPG 
                                      Un riche passé de la vie de Lanloup, il y a des siècles...
 
Après des années de rénovation (30 ans), elle a été transformée en résidence d’hébergement.
 
Lors de vos promenades dans nos petites rues de Lanloup, ne manquez pas de lui donner un petit coup d’œil !

        Un peu d'histoire sur la Fabrique et les Frabriciens

Ces membres de la communauté géraient en fait les biens de l'église et collectaient
les taxes qui revenaient au Clergé. 

Les actes établis ainsi que les registres paroissiaux devaient être conservés dans un coffre muni de trois serrures, dont trois Fabriciens possédaient une clé. Les documents étaient ainsi à l'abri.

coffre-fabrique.jpg

             Voici un de ces vieux coffres aux ferrures usées par le temps.

Merci à M. LENOUVEL, pour ce complément d'information sur la Fabrique et les Fabriciens.

l
Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans MAGAZINE
commenter cet article
17 juillet 2007 2 17 /07 /juillet /2007 19:23


Y A T'IL UN PILOTE DANS L'AVION ?

l
En toute discrétion...  
 
Depuis des lustres l’on vient souvent de très loin se marier à Lanloup.
 
Sa charmante église avec son petit cachet d’antan attire bien des cérémonies.
 
Autrefois il n’était pas rare de venir se marier, en char à bancs, ou en prenant le petit train.  
l
Char----banc.jpg                                                               Le temps des chars à bancs
  
Bien souvent la mariée arrivait à l’église souillée du noir des escarbilles et la belle robe blanche avait perdu de son éclat devant M. Le Curé, mais bon… cela avait son charme. 
l
p-tit-train.gif
                                                                 Le légendaire P'tit Train...
l
 
Mais les temps ont bien changé, les mœurs ont évolué, les chars à bancs garnis de géraniums trônent sur les pelouses, le petit train coule une paisible retraite dans un musée.
 
Si ce bon temps est malheureusement révolu, fort heureusement l’on continue quand même de venir se marier à Lanloup, ou d’y faire la fête, avec par contre de nouveaux moyens de locomotions. 
l
h--lico-1.JPG
                                                                        Une belle libellule.
l
 
En ce moment, c’est l’époque des moissons, et samedi l’on croyait qu’une grosse moissonneuse batteuse oeuvrait dans la localité.
 
Mais que nenni, que nenni, pas l’ombre d’une « moisbat » en vue, mais plutôt la silhouette élancée d’une grosse libellule qui évoluait au-dessus de notre tête.
 
Notre place du bourg étant un peu juste, le parking étant bien rempli en cette saison estivale, le pilote le temps d’un mariage s’est tranquillement posé dans un champ, loin de la zone bleue et des parcmètres ! 
l
h--lico-2.JPG
                                                           Je veux le même pour Noël...
l
 
Après la fête… adieu le Saint ! ’’ La moisson achevée ’’ et après une bonne nuit de sommeil, tout le monde a regagné ses pénates par la voie des airs, évitant ainsi les habituels bouchons des retours du week-end !
 
Tous mes remerciements à Nathalie LA PORTA, fan du blog de Lanloup ‘’Chemins De Travers’’, pour ses clichés qui illustrent ce clin d’œil hors du commun.
l
Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans LANLOUP AU JOUR LE JOUR
commenter cet article
6 juillet 2007 5 06 /07 /juillet /2007 19:22


GENEALOGIE
 
l

                   LES ARCHIVES SUR CD ROM 

Lanloup petite commune des Côtes d'Armor dotée de 261 habitants, est bien connue en Europe à travers ses anciennes archives. 

La commune peut ainsi se vanter de détenir un record, en possédant le plus vieux registre de baptêmes de l’ancienne Europe. 

Mme-MEURZEC.JPG                                                  Maryvonne Meurzec, une passionnée d'histoire.


C
’est une Quinocéenne (native de Saint-Quay Portrieux), Mme Maryvonne Meurzec, qui a traduit ce vieux registre datant de 1467 (date probable d'ouverture).
Passionnée de généalogie, Maryvonne a voulu se perfectionner dans ce domaine et n’a pas tardé à prendre des cours de paléographie, pour déchiffrer les précieuses écritures retraçant tant bien que mal, une grande partie de notre passé.
Durant trois ans, Maryvonne a suivi des cours aux Archives Nationales de Paris, qui ont d’ailleurs restauré notre beau registre.
Par la suite elle est devenue membre du Centre de Généalogie des Côtes d’Armor (le CG 22) où bénévolement, durant des années de mairie en mairie elle a décortiquée les différentes archives (baptêmes, mariages, décès), pour les rendre accessible à tous. 
l

lanloup-registre.jpg
                        Encore une page d'histoire, issue du registre de 1467, l'une des plus belle.
La semaine passée, Maryvonne Meurzec, accompagnée des membres de CG 22, dont certains ont également œuvré sur les relevés de registres : Jean-Paul Le Bloas, président de l’association ; Marie Boucher, trésorière ; Guy Mahé, responsable informatique ; Robert Rohon, Jean-François Guillou et Marie-Antoinette Espinousse, ont remis à la mairie de Lanloup le fruit de leurs travaux, gravé sur CD ROM.
Pas moins de 3798 actes de naissances, de 1472 à 1906 ; 748 actes de mariages de 1592 à 1906, et 2343 actes de décès de 1635 à 1906, peuvent ainsi être rapidement consultés.
Les services des Archives Départementales des Côtes d’ Armor, ont développé de nombreux efforts à la numérisation de leurs archives, qui sont bien sûr consultables en ligne, avec une marge légale de discrétion de cent ans. 


Mon article concernant notre vieux registre vient de paraître dans la revue de généalogie Finistérienne ''SOUCHE''. Merci aux initiateurs !

copy_of_7.jpg                                                                Un bien beau livre d'histoire...

Il y a prés de Paimpol, en la paroisse de Lanloup une petite église de granit qui à travers les âges a su conserver un fragment de la mémoire de son village.

Si aujourd’hui, la sauvegarde du patrimoine est une préoccupation majeure, ici comme là-bas, ce ne fut pas toujours le cas.

Bien des édifices oubliés sous les ronces, rongés par le temps faillirent disparaître, transformés parfois en carrières.

La volonté de quelques uns, amoureux de leur village, voulant faire revivre quelques traces du passé en décidera autrement.

Alors, pierre après pierre, ils ont rebâti, qui une chapelle, qui un moulin ou un joli manoir. 

Le maçon de ses mains, reconstruit le mûr effondré et l’édifice se dresse de nouveau face au regard des hommes. Mais qui donc fréquenta ces lieux il y a tant et tant d’années ?
 
Laissons Jean-Yves ROLLAND nous conter l’histoire d’un des registres les plus anciens de notre patrimoine. A travers le temps, l’encre magique laissée par la plume dira de nouveau les noms oubliés.
 
Yannick Lenouvel
Adh.0311

Pour plus d'informations sur le registre de Lanloup suivre ce lien.

Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans GENEALOGIE
commenter cet article
25 juin 2007 1 25 /06 /juin /2007 10:13


LANLOUP ENVIRONNEMENT
 
l
l

UNE AUTRE VISION DU PATRIMOINE 

La journée du Patrimoine de Pays a fêté cette année son dixième anniversaire. Lancée en 1998, elle a pour but de sensibiliser le public à la richesse et à la diversité du patrimoine non protégé en France.

img062.jpg                                                               Sainte Colombe en 1986


chapelle-1.jpg                      La chapelle Sainte-Colombe, un bel exemple de restauration du patrimoine.

Ce patrimoine, témoignant de ce qu'était la vie quotidienne d'autrefois, comprend les éléments bâtis traditionnels, les maisons, les fermes, les lavoirs, les moulins, les pigeonniers, les chapelles, les fours à pain, les paysages et les sites naturels, façonnés par l'activité humaine, mais aussi les éléments immatériels comme le savoir-faire, les langues régionales, la gastronomie, les contes et les légendes...

PATRIMOINE-01.JPG                                   Malgré les conditions météo, ce fut une journée sans ''pépins''.

Chaque année, près de 1500 animations sont organisées en France : des visites de sites historiques, des visites d'ateliers, des randonnées thématiques, des expositions, des démonstrations, afin de mieux faire connaître le patrimoine de pays.

PATRIMOINE-02.JPG                   Comme le veut la tradition, le tour de l'église a été effectué, avant d'y pénétrer.

Dimanche 24 juin, à l'occasion de cette 10 ème manifestation, Lanloup était la seule commune du secteur à organiser la visite de son petit patrimoine.

PATRIMOINE-03.JPG                           La voûte du porche de l'église St-Loup, une véritable petite cathédrale.

Malgré un temps dès plus exécrable, une vingtaine de randonneurs avaient sorti leurs plus beaux parapluies, pour participer à la randonnée conférence, qui devait les renseigner sur le patrimoine vernaculaire Lanloupais méconnu de ses détails architecturaux.

PATRIMOINE-04.JPG                     Parmis les belles pierres de Lanloup, le manoir du compositeur Guy Ropartz.

Sous la houlette de François Rebours, responsable de la commission ouverte de l'environnement ; des spécialistes de l'architecture, du bocage et des plantations, ont commenté la visite qui réunissait à merveille ces trois corps de métiers.

PATRIMOINE-05.JPG                Fañch Rebours, Benoït Crénan, Yann Chancerel, Thierry Ehrel, Gérard Dupont.

Fañch Rebours, maire adjoint ; Yann Chancerel, tailleur de pierre ; Thierry Eherel, technicien du bocage du bocage des bassins versants du Leff ''Goël'eaux'' et Benoît Crénan, paysagiste spécialisé dans les plantes typiques Bretonnes, ont tout au long de cette enrichissante promenade, dévoilé à nos assoiffés de connaissance, bien des secrets encore ignorés à ce jour.

PATRIMOINE-06.JPG                   L'intérieur de la chapelle Sainte-Colombe après quinze années de restauration.

M. Gérard Dupont, vice-président de l'association Tiez Breiz Maison Paysages de Bretagne, association qui a pour vocation de sensibiliser le grand public et les professionnels aux contraintes contemporaines du bâtit ancien,  n'a pas manqué de prendre part à cette expédition à travers les divers sites de Lanloup.

PATRIMOINE-08.JPG                                                    Sa magnifique charpente apparente.

L'association Tiez Breiz organise des stages techniques destinés à expliquer la logique constructive, pour faciliter à tous, la restauration de votre patrimoine.  

PATRIMOINE-07.JPGLes organisateurs de cette journée découverte en compagnie de Thérèse Arthur, gardienne des lieux.
D
ésormais l'église Saint-Loup, le manoir Ropartz, le manoir de Ker Jolis, la chapelle Sainte-Colombe et les paysages bocagers, ont livré une partie de leur mystère et seront regardés sous un autre aspect.

                                      
http://www.tiez-breiz.org/  

 


Musique d'Alan STIVELL
Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans RESTAURATION DU PATRIMOINE
commenter cet article
19 juin 2007 2 19 /06 /juin /2007 16:03

CHEMINS DE TRAVERS

                LU AU JAPON

head-img-01-logo.gif


Il y a près d'un an, lorsque j'ai créé le petit journal de Lanloup ''Chemins De Travers '', j'avais pour but de faire connaître ma commune dans la France entière, pour qu'elle ne soit plus un petit point perdu sur la carte, en ventant les mérites de son beau patrimoine chargé d'histoire.

Très vite, j'ai constaté un intéressement certain pour ce petit journal lu non seulement en France, mais également au-delà de nos frontières.

J'ai en effet, retrouvé une de mes poésies sur un site en Angleterre, un ''plagia'' qui fait toujours plaisir. 

J'ai également reçu des mails du Canada et ces jours derniers à ma grande surprise et satisfaction, un mail du JAPON.

head-img-01-logo.gif

POLA-MUSEUM.jpg
Le POLA MUSEUM OF ART est situé dans le parc national de FUJI-HAKONE-IZU. Il est entouré de Hêtre vieux de 300 ans. (photo TAKENAKA)

Là, je pense qu'il est difficile pour moi de mieux faire, à moins que le tout puissant s'il est connecté décide également de correspondre... (tout dépendra du sujet, pour certaine chose, je ne suis pas pressé !...)

Chemins De Travers, a ainsi attiré l'attention de la conservatrice du POLA MUSEUM OF ART du JAPON, Madame Yoko IWASAKY, qui possède dans sa collection ''Impressionnistes, Post-Impressionnistes'' deux toiles du peintre Normand, Henri MORET. 

Il a réalisé de nombreux tableaux sur les Côtes de Bretagne, dans les années 1880.

                       Regardez bien ces deux tableaux !

 
Il a été réalisé à Locqueltas près de Lorient en 1891.


Je ne sais pas encore si je dois cette correspondance aux airs Celtiques d'Alan STIVELL, ou, aux quelques toiles que j'expose sur mon blog, mais, Madame Yoko IWASAKY à été séduite par l'ambiance. 

Je l'entends d'ici : Oh ici ça sent bon la Bretagne, ce petit gars doit-être du même coin que mes tableaux !

Après un échange de Mails, Madame Yoko IWASAKY, m'a confié pour tâche de rechercher le descriptif de ses deux tableaux, ainsi que l'endroit ou ils ont été peints, afin de pouvoir les intituler.

C'est au pied du mur que l'on voit le Breton. Quelques mails plus tard échangés avec les musées Bretons, nous avons pu satisfaire la demande de Yoko !

Grâce au petit blog de la commune de Lanloup et en moins d'une semaine, le POLA MUSEUM OF ART du JAPON a obtenu tous les détails qui lui manquait pour intituler les deux tableaux  Bretons de sa collection et pouvoir enfin les exposer.

                          Vous ne les verrez qu'au Japon !

La-mer.jpg 
Les rives du Pouldu et de Kerfany (1910)


Pour les personnes qui ne connaissent pas Henri MORET, voici quelques lignes qui retracent brièvement sa vie sur nos côtes Bretonnes.

Normand d'origine, Henri MORET est né à Cherbourg le 12 décembre 1856, il est mort à Paris le 5 mai 1913. Il découvre la Bretagne pendant son service militaire qu'il effectue à Lorient. Puis il s'y établit et de là il rayonne le long de la côte. 

En 1888, il rencontre Gauguin à Pont-Aven et s'intègre au petit groupe et devient l'un des plus intéressants représentants de l'Ecole de Pont-Aven.

Son oeuvre a été influencée par cette rencontre. Sa peinture est très proche de différentes oeuvres de Gauguin, peintes au même moment et au même endroit. 

Je remercie Madame Estelle FRESNEAU, conservatrice du musée de Pont-Aven, pour son aimable collaboration.

                            LE PETIT MOT DE YOKO

Cher Monsieur Rolland
J'ai bien reçu votre réponse. 
Je vous remercie de votre gentillesse et de votre générosité.
C'est très difficile de trouver l'information des oeuvres de Moret au Japon.
Nous allons présenter deux tableaux de Moret dans l'exposition à l'avenir.
Je vous remercie infiniment, cher Monsieur, recevez l'expression de mes sentiments reconnaissants et amicaux.

YOKO IWASAKI


Musique d'Alan STIVELL
Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans SUR LES CHEMINS DU JAPON
commenter cet article
29 mai 2007 2 29 /05 /mai /2007 13:09

UN ANNIVERSAIRE  HORS DU COMMUN

RAYMOND FETE SES 90 ANS 

l

 RAYMOND-1.JPG

Raymond, doyen de la commune de Lanloup, vient d'avoir 90 ans !

Né à Paris le 30 Mai 1917, dans le 12 ème arrondissement, Raymond CLUSAZ, après avoir été Normalien d'Auteuil, a exercé durant 35 ans le métier d'Instituteur.

De 1937 à 1972, il a enseigné dans diverses régions, Paris, Champigny Sur Marne et en Haute-Savoie, à Gaillard.

En 1955, à Paris, Raymond avait pour élève un jeune garçon de 11 ans, du nom d'Alain COCHEVELOU. 

Stivell.jpg
                                                     ALAN STIVELL
Il devait devenir quelques années plus tard, l'ambassadeur de la musique Bretonne moderne, sous le pseudo d'Alan Stivell.

Aujourd'hui Raymond, vie une paisible retraite dans notre petite commune de Lanloup qu'il affectionne beaucoup et dont il en est le doyen.
l

Joyeux Anniversaire Raymond !
anti_bug_fck 
l   drapeau-02.gif
                            TRUGAREZ VRAS ALAN !

Merci à ALAN STIVELL d'avoir emprunté mes '' Chemins De Travers '' et d'y avoir déposé ce petit message :



Alan-STIVELL.jpg
                             Photo dédicacée pour Chemins De Travers

Je suis heureux d'avoir reçu votre message concernant M. Raymond CLUSAZ....
l
J'ai le souvenir d'une personne grande et légèrement maigre ressemblant à Yves MONTANT...
l
Je l'appelerai...
l
Joyeux Anniversaire (De ha bloaz laouen) à M. Clusaz !
l
Encore Bravo !...
l
Amitiés,
l
Kenavo
l
                                                                                    Alan Stivell
  

 celte20.gif
Et la promesse fut tenue

Raymond Clusaz se souviendra jusqu'au dernier de ses jours, celui de ses 90 ans.

50 ans après s'être perdu de vue, l'élève et l'instituteur ont à nouveau conversé ensemble et échangé de bons souvenirs, que l'un et l'autre ont eu grand plaisir à évoquer.

L'émotion était à son comble pour notre doyen, qui estimait avoir reçu le plus beau des cadeaux, pour entamer cette nouvelle décénnie.

Alan STIVELL, lui a bien sûr souhaité un joyeux anniversaire, ils se sont donnés rendez-vous le 14 Août à Guingamp, lors d'un concert...
 

Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans LANLOUP AU JOUR LE JOUR
commenter cet article