Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 10:01


CHRONIQUE ''RESTAURATION'' 
 
SUPPORT DE COURS 

 

Boutisse.jpg
 
                    CLOUET : Pierre permettant de boucher les interstices entre les pierres.
l
Cale.jpg
 
                     CALE : Pierre permettant d’assiser ou de récupérer une assise régulière.
l 

Clouet.jpg
 
  BOUTISSE : Elle est posée en générale tous les 70 centimètres, croissant le mur de part en part. 
l
Panneresse.jpg
 
                                Panneresse : Sa longueur est plus conséquente que sa largeur.

arme_de_lanloup-2.jpg
l
l
      Technique de pose de Pierre tout venant.

Vue-de-dessus.jpg
                                                         Vue de dessus.
l
l
         Style d'appareillage : Opus-Incertum.

Vue-en---l--vation.jpg
                                                                         Vue en élévation.

Cette technique ancestrale permet une meilleure résistance et cohésion mécanique.
l

Musique d'Alan STIVELL
Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans RESTAURATION DU PATRIMOINE
commenter cet article
24 novembre 2007 6 24 /11 /novembre /2007 19:30


CHRONIQUE ''RESTAURATION'' 
 
La fontaine du GOLVEN

II
 

  Automne.JPG

                                                Un tapis de feuilles ondulait sur l'onde pure...
S
amedi matin, le temps était clément, pas de pluie..., pas de vent..., les premiers rayons de soleil se frayaient timidement un passage entre les branches des arbres centenaires, quelques oiseaux gazouillaient... 

Les dernières gouttes de rosée se laissaient glisser délicatement au sol, un mince tapis de feuilles ondulait sur le lavoir du Golven. 

Le silence était d’or, le moment était unique, le cadre magique… 

Heureusement, j’avais un peu d’avance...
l
Golven-03.JPG
 
Les puissantes racines du sureau conduisaient inéluctablement le muret à l’éboulis (photo avant la dépose du mur).
                                    
Quelques minutes plus tard… des voix se faisaient entendre et devenaient de plus en plus proche, de plus en plus nombreuses, le silence allait être rompu par une quinzaine de personnes. 
l
Golven-12.JPG
                                                                Bonne pioche pour le jour ''J'' !
C’était en effet le jour ''J'' pour le premier coup de pioche, sur le chantier du Golven. Comme nous l’avons déjà souligné dans le précédent article, la fontaine, le lavoir et le mur d’enceinte, vont être l’objet d’un vaste chantier de restauration à l’ancienne. 
l
Golven-04.JPG
                                                        Sous les premiers rayons de soleil...
 
Ils vont subir durant des mois une magistrale cure de jouvence pour se retrouver à nouveau en état, tel qu’ils étaient au XV ème siècle. Le temps ou les villageoises parées de leur coiffe, venaient y laver le linge et commérer par la même occasion ! 
l
l
Golven-01.jpg 
                                                         Ce temps est maintenant révolu.
Au terme d’une réunion d’information et de sensibilisation, à ce jour, quinze personnes (et pas que des Lanloupais), avaient revêtu << les côtes de travail >> pour œuvrer bénévolement à la restauration du patrimoine.
l

Golven-05.JPG
                                         Le muret démonté, le sureau a été déraciné.
En ce samedi 24 novembre les volontaires se plaçaient sous la direction de Yann Chancerel, (devenu Maître d’œuvre pour la circonstance) qui par son expérience et son savoir-faire, en restauration à l’ancienne, devra guider ses troupes tout au long de ce chantier, et veiller dans les moindres détails qu’aucun impair ne soit commis, afin de restituer un travail à l’identique, réalisé avec les techniques d’autrefois. 
l
Golven-07.JPG
                                                        Et pas sans mal...
A gauche de la fontaine, un sureau a poussé dans les entrailles du vieux mur. Ses puissantes racines écartaient petit à petit sa structure et le conduisaient inéluctablement à l’éboulis. 
 
Golven-08.JPG
                                            La raison du plus fort, est toujours la meilleure... 
Le travail primaire de cette journée consistait à sécuriser le chantier en le débarrassant de toutes les pierres qui jonchaient le sol, afin de pouvoir œuvrer aisément. Pour cette cause, le lavoir a été vidé et rempli des pierres calibrées en quatre catégories : les panneresses, les boutisses, les cales et les clouets.
l
 Golven-06.JPG
                                                   Le lavoir fait office d'entrepot de stockage.

L
a zone d’action sécurisée, il a été ensuite procédé au démontage du mur jouxtant la fontaine, chaque pierre ayant été là aussi classée comme il se doit et entreposée dans le lavoir. Elles seront ainsi très vite reconnaissables le moment venu des réhabilitées.
l

Golven-09.JPG
                             L'auditoire, très attentif... aux conseils de Yann Chancerel.
Lors d’une précédente tentative de reconstruction, une ouverture de porte avait été murée. Mais, toujours dans un souci de restaurer à l’identique, elle a de nouveau (quelques coups de pioche plus tard), retrouvé son ouverture d’antan. 
l
Golven-10.JPG
               Cours pédagogique : explications de l'Art et la Manière de poser des pierres...
Au premier son de cloche marquant l’angélus, toute l’équipe après avoir achevé de nettoyer le chantier, a écouté Yann dans un cours de géologie de manière à comprendre l'articulation de la disposition des pierres dans un mur qui ont chacune un rôle essentiel de résistance mécanique.

Une prochaine rencontre sera bientôt organisée à la même heure en ce même lieu, pour poursuivre les travaux.


CLOCHES-LANLOUP-1.JPG
                             LANLOUP : Un petit village très attaché à son patrimoine.


l

Musique d'Alan STIVELL
Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans RESTAURATION DU PATRIMOINE
commenter cet article
14 novembre 2007 3 14 /11 /novembre /2007 18:28


 CHRONIQUE ''RESTAURATION''
 
La fontaine du GOLVEN

I
 
 
A l'issue de la journée du patrimoine de pays, un professionnel de la restauration Yann CHANCEREL, très attaché du patrimoine vernaculaire local, a proposé ses services en qualité de conseiller technique pour procéder à la restauration dans les règles de l’art de la fontaine du GOLVEN. 
l

Yann-CHANCEREL.jpg
Yann CHANCEREL, tailleur de pierres veillera à la restauration de la fontaine dans les règles de l'Art.
   
Au terme d’une réunion de concertation organisée courant octobre par la commission municipale de l’environnement, il a été décidé de procéder à la restauration à l’identique, de cette fontaine qui date du XV ème ou du XVI ème siècle, ainsi que de son mur d’enceinte et de son lavoir.
l

golven_1.jpg
                                            Le site du GOLVEN  du XV ème ou XVII ème siècle.
A l’aide de ce petit journal, nous allons suivre depuis le départ tous les travaux entrepris sur le site du Golven. Cette restauration en images à pour but de faire connaître à toutes les personnes intéressées les techniques ancestrales pour mener à bien des restaurations similaires dans diverses communes désireuses de s’en inspirer. 

Au fil du temps, ce petit journal peut se révéler être un précieux document pédagogique.
 
La première étude visuelle (sans la cotation des pierres) laissait imaginer une structure plein cintre ou de forme ovoïde.
 
En ce samedi 10 novembre, après examen, il s’avère que l’hypothèse de l’arc en accolade est avortée. Le diagnostique confirme la structure initiale plein cintre ou ovale.
 
 
Samedi 10 Novembre : 
 
                              Mode opératoire d’un relevé existant
 
 Ce samedi Yann CHANCEREL, a procédé à :

                     Etude visuelle de l'existant

golven.jpg
                                                  La fontaine actuellement.
1) Etude visuelle de l’existant

arme_de_lanloup-2.jpgl
                     Cotation de l'ouverture
GOLVEN-03.JPG
                                        L'ouverture est mesurée avec précision.
l

GOLVEN-05.JPG                                                                     L'ouverture est de 1 mètre 17.       
2) Cotation de l’ouverture

arme_de_lanloup-2.jpg
l

                                           Relevé des pierres existantes
GOLVEN-04.JPG                  Chaque pierre de la façade est répertoriée. Un long travail qui est indispensable.
l
GOLVEN-06.JPG                                          Immédiatement les cotes sont reportées au brouillon.
l
GOLVEN-09.jpg                                      Toutes les cotations sont ensuite reproduites sur un calque.
3) Relevé des pierres existantes
l

arme_de_lanloup-2.jpg
l
        Confirmation des lignes de la courbe

GOLVEN-07.JPG
                     Sur cette photo, nous voyons très nettement se dessiner le profil de la courbe.
4) Etude des murs créant les courbes et confirmation de l’origine de la ligne de naissance attestant que les courbes intérieures étaient soit en plein cintre, soit ovoïde.

arme_de_lanloup-2.jpg
l

l                 Croquis de l'origine de la structure
l
Fontaine-projet.jpg
 
                                  La fontaine devrait retrouver cette structure, qu'elle avait jadis.

D
’après les renseignements des fontaines locales elle s’apparenterait à ce croquis.

Samedi  24 novembre, à 10h rendez-vous en ce lieu, pour la première rencontre autour de ce projet de restauration du muret et de la fontaine en compagnie de Yann Chancerel. 

Ce chantier est ouvert à tous les amoureux du patrimoine, Lanloupais où non. Apportez vos gants et votre bonne humeur !

A suivre ! . . . 
l


Musique d'Alan STIVELL
Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans RESTAURATION DU PATRIMOINE
commenter cet article
13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 19:16


Commission de l'Environnement
Une cure de jouvence pour 
la fontaine
  du GOLVEN

 

La commune de Lanloup ne rate jamais une occasion pour faire valoir son patrimoine, et participe activement à chaque édition de la journée consacrée à ce sujet.
 
Lors de la dernière édition de la journée du patrimoine local non classé, la visite des différents sites de Lanloup fut commentée par un spécialiste en restauration du Patrimoine, Yann CHANCEREL.
l

         Une quinzaine de personnes assistait à la réunion (photo Isabelle SCHINDELMAN)
Yann a travaillé durant 14 ans au service des monuments historiques et a œuvré sur divers chantiers en France : le château des Ducs de Bretagne à Nantes, les cathédrales de Nantes, Tréguier et de Quimper... 

Il est spécialisé dans la taille de la pierre, la copie de maçonnerie à l’ancienne, les enduits d’intérieur à base de chaux et de chanvre, de terre, torchis, badigeon à base de pigments naturels, les enduits extérieur en mélange de chaux et de sable, ainsi que le rejointoiement à la chaux.
l

Restauration-10.JPG 
                                                    Yann CHANCEREL l'amour du métier.
A ses heures perdues, lorsqu’il lui en reste, il sculpte la pierre pour son plaisir personnel, ou pour honorer quelques commandes.
 
Lors de la dernière visite du patrimoine de pays, qui sensibilise les gens au patrimoine rural mandaté par le ministère de la culture, au détour d’un chemin, Yann a été séduit par la beauté de la fontaine du Golven et par ses abords.
golven.jpg
                               La fontaine du GOLVEN, dans son écrin de verdure.
Cette fontaine est située près du Manoir du compositeur Guy ROPARTZ, elle mérite de retrouver son éclat d’antan. Sa coiffe de pierre s’étant effondrée, elle fut grossièrement remplacée par une dalle de béton, ce qui a tout de même permis de préserver ses murs.
 
La commission extra municipale de l’environnement, sous la houlette de François Rebours, maire adjoint, a saisie l’occasion pour redonner à cette fontaine sa silhouette du passé en acceptant l’aide de ce spécialiste.
golven_1.jpg
                                         Le lavoir avec à sa droite son enceinte qui s'effondre.
Samedi matin la commission s’est réunie en mairie, pour envisager les travaux à effectuer dans le cadre d’une restauration réalisée par des bénévoles sur les conseils de Yann.
 
Cette restauration pourrait intervenir dans le contexte d’un concours organisé par le Conseil Général ‘’ Découvreur de Temps’’ doté d’un prix de 1800 €. Ce concours à pour but de sensibiliser la population au patrimoine local. Les petites communes non pas forcément le financement nécessaire pour procéder à la restauration de leur petit patrimoine rural, fontaine, lavoir, puits etc…

LE-GOLVEN.JPG
                              Un montage photo montrant ce qui pourrait être réalisé...
Ce projet ne s’arrête pas à une simple restauration, mais sera agrémenté par des cours pédagogiques traitant de la géologie local, la mise en œuvre de la pierre dans un mur, la lecture des vieux murs.
 
Le premier coup de pioche du chantier aura lieu le samedi 24 novembre à 10 h, au Golven, avec le nettoyage des abords du périmètre du chantier, suivit d’un cours de géologie et de tri de pierres, de manière à comprendre l’articulation de la disposition des pierres dans un mur qui ont chacune un rôle essentiel de résistance mécanique.
 
 
Projet :
 
Dans un premier temps, la cure de jouvence va s’appliquer au mur de l’enceinte qui s’écroule doucement, il va être restauré à l’identique. Sa restauration devrait être achevé pour le mois d’avril, d’après les prévisions du technicien.
l 
Golven-Avant-projet.JPG 
                                                         Un avant projet de la future fontaine...
 
La fontaine du Golven date du XV ème ou du XVI ème siècle, il est donc impératif de réaliser ces travaux avec les techniques de l’époque, en s’inspirant de l’architecture rurale de Lanloup.
 
Pour tisser la trame de ce chantier de restauration, un cahier du temps va être ouvert, ou il y sera consigné le nom des personnes et les travaux réalisés tel ou tel jour par chacun. Il sera déposé à l’Hôtel Sant Roc’h et chacun pourra y consigner ses actes, pour qu’il perdure dans le temps pour les générations à venir.
l

Musique d'Alan STIVELL
Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans RESTAURATION DU PATRIMOINE
commenter cet article
12 novembre 2007 1 12 /11 /novembre /2007 20:53


PATRIMOINE
  
l
VESTIGE DES TEMPS PASSES 
 
Qu’il est bon de sillonner nos chemins de campagne et de tomber face à face avec une jolie maison paysanne, un manoir, une vieille chapelle ou tout simplement un ancien corps de ferme accompagnée de son four à pain, que l’on se plaît à contempler dans un silence donné par la nature dans toute sa sérénité, en imaginant un instant le vécu de cette attirante demeure. 
l
Restauration-01.JPG 
                                            Une jolie ouverture qui va nous livrer ses secrets.
 
Que se cache t’il par exemple derrière cette ravissante petite fenêtre ? Un décor moderne, des panels de couleurs, des cloisons placo ?
 
La curiosité pour moi est grande. Non loin de moi une bétonnière s’actionne, un jeune homme d’une trentaine d’années, tamise de la terre, puis s’affaire à remplir la bétonnière. Je l’observe avec curiosité ?  
l
Restauration-02.JPG 
                                                                   Le tamisage de la terre.
 
De la terre ! ai-je à faire à un jardinier des temps modernes ? Non. Pas de potager en vue !
 
Et pourtant, autour de lui, pas l’ombre du moindre sac de ciment, mais un tas de terre et des sacs de foin. Cet ''OEUVRIER'', appartient-il à une nouvelle génération de bâtisseurs ? Bizarre son procédé. 
l
Restauration-03.JPG
                                                Tel un Druide, la potion est introduite dans le chaudron.
Autant de questions qui me poussent à satisfaire ma curiosité…
 
Nullement un jardinier en herbe du XXI ème siècle, mais un professionnel de la restauration qui maçonne en prenant en compte des paramètres antécédents à la bâtisse, mortier appareillage de pierre, composition des enduits, et la réflexion sur les pathologies du bâti par un diagnostic effectué au préalable.
 
Mettant en scène des matériaux nobles qui composent ses mortiers et ses enduits. La terre, la chaux, le sable, le chanvre, la fibre naturelle..., sont ses alliés de tous les jours et de tous les temps.
 
Ici, on respecte le bâti, le ciment, il ne le connaît pas, car il n’y a pas d’adéquation avec les matériaux d’origine. 
l
Restauration-04.JPG
                                                         Quand le cocon se libère de son miel.
Yann Chancerel a 14 ans d’expérience en restauration du Patrimoine et emploie des techniques qu’il a apprises sur divers chantiers en France dans les entreprises agrémentées ''Monuments Historiques''.
 
Dans sa famille, il est la troisième génération de Tailleur de Pierre. Les dernières sont de Racine Corse et Italienne. 
l
Restauration-05.JPG
                                   Le long brassage a dissous le foin dans la terre argileuse. 
l
Yann s’est spécialisé dans la restauration à l’ancienne et a appris avec amour, les techniques qui se pratiquaient il y a plusieurs centaines d’années en fréquentant les compagnons de France. Ce ''nouveau mode de restauration'' revient un peu plus chaque année, réintégrer nos belles demeures de campagne, en leur redonnant ce petit cachet d’antan très recherché et apprécié.  
l
Restauration-06.JPG 
                                                    La terre va rejoindre sa destination finale.
l  
Yann a bien voulu me montrer sa façon de procéder, il nous dévoile ainsi une technique qui, au cours des siècles a sombré dans l’oubli, mais qui a toute sa raison d’être encore de nos jours. 
 
Les propriétaires n’ont pas toujours les moyens financiers de faire restaurer leurs maisons à l’ancienne par des ARTISANS. Afin de leur faciliter la tâche, Yann a la possibilité de passer une journée avec eux et de leur enseigner son savoir-faire, dans le but qu’ils achètent des matériaux appropriés, parfaitement adaptés à ce type de restauration afin qu’ils ne la gâchent pas.  
l
Restauration-07.JPG 
                                                   L'intérieure en restauration à l'ancienne.
 
Ce qui permet de réaliser un travail de qualité en prenant plaisir à restaurer sa maison. Il suffit de commencer par effectuer un mètre carré de joints, puis petit à petit on y prend très vite goût et l’on finit par effectuer un pan de mur, avec une grande satisfaction de l’avoir réalisé soi même ce qui fera naître le désir d’entreprendre d’autres travaux, un peu plus conséquents.  
l
Resatauration-08.JPG 
                                               D'un geste habile, l'argile vient habiller la pierre.
 
Cette initiative contribue également à sauvegarder notre patrimoine rural et architectural, avec un savoir faire et des techniques qui ont fait leurs preuves depuis des millénaires et contribuent à mettre en valeur, notre maison, avec des produits qui résistent au fil des temps.
 
Un enduit intérieur de terre permet ainsi de gagner 30 % d’isolation thermique et 30 % d’isolation phonique, ce qui n’est nullement négligeable pour réaliser, par la suite, des économies d’énergie. 
l

Restauration-09.JPG 
                                                              L'enduit va être ensuite lissé.
 
Malheureusement il n’est pas possible de recevoir des aides de l’Etat pour restaurer dans ces conditions. Mais à la revente de votre patrimoine, il est possible de récupérer 30 % sur la plus value des travaux réalisés.
 
Yann Chancerel adhère à l’association Tiez Breiz maison et paysages de Bretagne. Créée en 1980, cette association a pour vocation de sensibiliser le grand public et le professionnel à la préservation du bâti ancien, pour réhabiliter des maisons anciennes en prenant en compte les contraintes contemporaines de lumière, de chauffage etc… 
l

Restauration-10.JPG 
                                               Une finition parfaite, un retour dans le passé.
 
Les moyens déployés pour ces réalisations, s’effectuent par le biais de stages techniques et de lecture de l’habitat, ou avec l’aide d’un formateur ; une maison est analysée ainsi que le sous-sol, en abordant le thème de la géobiologie. Ce qui permet d’effectuer une pertinente analyse pour comprendre la logique de la construction qui n’est jamais anodine. 
l 

Musique d'Alan STIVELL
Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans RESTAURATION DU PATRIMOINE
commenter cet article
17 septembre 2007 1 17 /09 /septembre /2007 20:49


PATRIMOINE
LA NOE VERTE : Un passé recomposé 

la-no---verte-18.JPG
Bienvenue à la journée du patrimoine, suivez le guide !...
Dans le cadre de la 24ème édition de la journée du patrimoine, de nombreuses communes ont ouvertes ce week-end  les portes de leurs sites classés monuments historiques. 
l
  
                                                             Une bien triste silhouette.
 
Cette appellation concerne fort heureusement le manoir de la Noé Verte situé sur la commune de Lanloup en direction de Pléhédel, manoir qui fut inscrit à l’inventaire des monuments historiques dès 1927.
 
dsc04070.jpg                                                      Une fière allure.
Le manoir de la Noé Verte est construit sur un piton rocheux, à 100m au-dessus de la mer, environné d'arbres séculaires et de verdure. Ses tours à flèches élancées, ses girouettes, ses hautes cheminées, ses toitures aiguës lui confèrent cet unique charme romantique des bâtiments du passé.
 
                                                                              Le manoir servait de ferme.
 
D’après certains historiens, les premières pierres du manoir de la Noé verte furent posées vers 1220. Un de ses illustres propriétaires fut Auffray de Guébriand. 
l
 
dsc04075.jpg                                  Avec un peu d'amour et beaucoup de patience...
Les documents connus ne confirment pas cette thèse. Par contre, les documents généalogiques font apparaître en 1418, le premier seigneur connu Sylvestre Boisgelin comme propriétaire des lieux.
l

                                                Une porcherie devant l'entrée principale.
 
Vint ensuite, par succession et mariage en 1506 à Yves Pinart, sieur de Kerverziou, docteur en droit.
l
 
dsc04073.jpg
                                      Tout proche de l'entrée, trône ce magnifique pigeonnier.


C'était un des juristes les plus éminents de son époque, il siégea au Parlement de Bretagne, réforma la coutume en 1530 de la province et adjoignit à ses fonctions toutes les juridictions de Pordic, Langarzeau, Plouha et Yvias.
                                                          
 
la-no---verte-00.JPG                                                             Une véritable forteresse.  
Ces charges laisseront à son fils Roland Pinart une énorme fortune qu'il employa à transformer la vieille demeure féodale en une orgueilleuse construction hérissée de tours de gables à rosettes et d'épis historiés dont le recteur de Lanloup décrivait alors la magnificence et « l'antique structure». 
l  

la-no---verte-04.JPG
                                                          En cours de restauration.
R
oland Pinart fut marié à une dame de Lizandré, Catherine Paillard, de Plouha, dont il eut deux filles, l'aînée mourut en laissant l'héritage à sa sœur cadette mariée à François de Lannion, Seigneur de Gruguil.
  
l

la-no---verte-05.JPG
                                                    Quelques sacs de chaux plus tard...
D
e ce mariage naquirent trois fils, mais c'est le troisième fils, Jean de Lannion, Seigneur des Aubravs, le peuple l'appelait Lezobré, qui reçut en partage la Noé Verte. 
l

                                                         Une très belle architecture.

C'est lui qui est entré dans la légende par ses hauts-faits d'armes. Il était en 1634 Lieutenant de la Maréchaussée de Bretagne et était chargé de la sécurité de la région, infestée de malandrins armés qui écumaient le pays.
 
l

la-no---verte-07.JPG                                           Superbe gargouille, au coin de la tour en poivrière.
Il décima les brigands, reçut une récompense de la ville de Lannion et fut nommé par Louis XIII Capitaine du ban et d'arrière ban de l'évêché de Tréguier; il commandait une compagnie de mousquetaires à cheval qui contrôlait la côte de Port Blanc et de Perros-Guirec. Deux faits lui permirent de passer à la postérité. 
l

                                                                  Fenêtre coté jardin...
P
rovoqué par un noble félon, il le tua et massacra toute sa troupe. Appelé par le Roi de France à jouter avec le grand Maure Sauvage, il commença par se placer sous la protection de Sainte Anne d'Âuray et entama ce combat inégal avec ingéniosité en aspergeant son rival d'eau bénite.
  
l
la-no---verte-09.JPG
                                                                Un regard à l'intérieur.
P
rofitant du désarroi de son adversaire, superstitieux de surcroît, il le tua en lui refusant le pardon que celui-ci implorait. Déçu par la mort de son nègre favori, le Roi dépêcha ses courtisans pour tuer Lezobré.
 


la-no---verte-10.JPG
                                      Qui osera dire : Que mes photos ne valent pas un clou ?...
C
elui-ci ne dut son salut qu'en faisant ferrer ses chevaux à l'envers et néanmoins sur le point d'être repris s'évada dans le corps d'un cheval mort et s'écriât : «que j'arrive seulement à la Noé Verte. J'ai là quatre gros canons, avec l'aide de Dieu, mes deux bras et mon artillerie, je ferai les troupes royales sauter en l'air ».
  
l

la-no---verte-11.JPG
                                                                        L'homme de fer !
R
evenu à la Noé Verte, il vécut dans une profonde piété et la légende rappelle que les paysans l'entendaient réciter son chapelet à deux lieux à la ronde.
 
l 

la-no---verte-12.JPG
                                                               Une imposante cheminée.
I
l mourut seul, s'étant retiré de la vie pour faire pénitence, couvert d'honneur par Louis XIV, et fut enterré, comme tous les seigneurs de la Noé Verte, en la Chapelle de Kermaria en Isquit.
  
l

la-no---verte-13.JPG
                                                                               Le coin salon.
L
ongtemps son crâne y fut conservé dans une châsse, sous le regard malicieux de la danse macabre, symbole de l'égalité des êtres vivants devant la mort.
  
l

la-no---verte-14.JPG
                                                                   La salle à manger, privative.
L
es armoiries de la famille étaient d'azur à fasce d'or et portaient cette devise « Dieu y pourvoira », mais la Noé Verte elle-même avec ses trois merlettes cerclées d'une chaîne d'or avait pour devise « promentem pungo » qui peut se traduire par « qui me provoque je pique ». (Source Selaouit’ta, le magazine des cultures vivantes).
 
l
 undefined
                                                            Côté cuisine.
 Mais le manoir de la Noé verte n’a pas connu que des heures glorieuses. Bien mal entretenu, il arriva inexorablement aux frontières de la ruine.  
l

la-no---verte-16.JPG
                                    Anne ma soeur Anne, ne vois-tu rien venir ?...
Ce petit joyau rayonne encore aujourd’hui dans l’écrin de la commune de Lanloup, grâce aux efforts menés durant de nombreuses années par la famille Boutbien, qui ne s’est nullement ménagé afin de lui redorer ses lettres de noblesses, en le sauvant de la ruine par une remarquable restauration, depuis le début des années 70. 
l
 DSC06223.JPG
                                                     Merci de votre visite !
Samedi 15 et dimanche 16 Septembre, de 10h à 12h et de 14h à 19h, les amoureux des vieilles pierres, non pas manquer de s’y rendre, pour sillonner ses allées et visiter ce site enchanteur chargé d’histoire.


la-no---verte-14-copie-1.JPG
                                                                        La visite du pigeonnier.
l

l

Musique : Christel Wagener Dominique Duxin
Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans PROMENADE A LA NOE VERTE
commenter cet article
15 septembre 2007 6 15 /09 /septembre /2007 08:17


REVUE DE PRESSE
 
l
                     LE BLOG DE LANLOUP 

 COR12875.JPG
                                                Jean-Yves et Vizir (photo Isabelle Schindelman)

                                      OUEST-FRANCE
      Le blog de Jean-Yves Rolland : 5 500 visiteurs en un an

Jean-Yves Rolland a deux passions : l’écriture et Lanloup. Déjà en 1986, il a remporté le prix de poésie Claude Dervenn, grâce à un poème sur la chapelle Sainte Colombe. En août 2006, il se lance dans la création d’un site : lanloup.over-blog.com.
 
" J’ai appelé ce site Chemins de Travers car il n’est pas focalisé sur un seul genre de sujet. On y trouve de tout, on sillonne le blog au gré des articles que l’on aime. Il en compte à ce jour 125, répartis en 32 catégories. Il y en a vraiment pour tout le monde ", explique Jean-Yves Rolland.
 
Très vite, ce petit journal reçoit de nombreux mails d’encouragement. « Il est lu à travers le monde et devient la principale source d’information locale pour nos exilés ». Au bout d’un an de fonctionnement et d’après les statistiques de l’hébergeur, le site a reçu « 5 500 visiteurs uniques et plus de 35 000 pages ont été lues. Ces chiffres sont colossaux pour un petit village comme le nôtre ».
 
Si le blog présente le patrimoine architectural de la région, il annonce également les festivités, les comptes-rendus de manifestations. « Il est ouvert à toutes les personnes qui souhaitent s’exprimer par le texte, la photo ou présenter leur violon d’Ingres. »
 
Pour Jean-Yves Rolland, ce blog est l’occasion de belles aventures : il a ainsi été contacté par la directrice du Pola Museum of Art, au Japon, à la recherche d’informations sur deux tableaux du peintre Henri Moret et réalisés sur les côte de bretagne.
 
En huit jours, les descriptifs de ces œuvres, l’endroit où ils ont été peints, ont été trouvés. Des éléments qui permettront de les intituler et de les exposer à l’autre bout du monde.
 
Autre anecdote : 

« Chemins de travers a connu également un moment d’euphorie avec la visite d’Alan Stivell. Visite qui lui a permis de retrouver un ancien professeur, qui était enseignant à Paris, il y a 50 ans ». Il s’agit de Raymond Clusaz, un Lanloupais, bien évidemment.

                                                                    Isabelle   SCHINDELMAN

undefined
l

JYR.JPG
                                                                     Jean-Yves Rolland 

                PRESSE D'ARMOR

                           1ére bougie du blog sur la commune
 
Il y a tout juste un an, Jean-Yves Rolland créait le site ‘’ lanloup.over-blog.com ‘’, intitulé Chemins de travers. « Mon but est de faire connaître et découvrir ma commune en France et bien au-delà de nos frontières, pour qu’elle ne soit plus un petit point perdu sur la carte », explique l’auteur.
« Bien que la terre soit ronde, Lanloup est maintenant connu aux quatre coins du monde », plaisante le rédacteur du site.
 
Le site met en valeur le patrimoine architectural mais on y trouve aussi toute l’actualité communale. « A ce jour, il compte 125 articles répartis en 32 catégories », précise Jean-Yves Rolland.
 
Chemins de travers a enregistré 5500 visiteurs uniques qui ont lu 35000 pages d’après les statistiques de l’hébergeur. Certains lecteurs sont abonnés à la newsletter et reçoivent donc une alerte à chaque fois qu’un nouvel article est mis en ligne. C’est surtout pratique pour noter les festivités à venir. Mais cela permet aussi aux Lanloupais exilés de se tenir au courant de la vie associative, municipale et de ce délecter devant les photos de leur village et de ses habitants.
 
Jean-Yves Rolland tient à préciser que ce blog ne lui est pas réservé. Chacun peut s’y exprimer. Ou s’en inspirer… comme l’a fait la revue Souche, du cercle généalogique Centre Est Bretagne (CEGENCEB) sur l’un des plus anciens registre de baptême de l’ancienne Europe en possession de la commune.
 
Anecdotes :
 
Récemment, Yoko Awasaki, directrice du Pola muséum of art du Japon a contacté Jean-Yves Rolland avec une requête bien particulière. Elle possède deux œuvres d’Henri Moret, peintre normand venu chercher de l’inspiration sur les côtes bretonnes vers 1880. Elle veut connaître l’endroit où elles ont pu être peintes. Il semble qu’elle ait frappé à la bonne porte, ou cliqué au bon endroit, puisque quelques semaines et quelques mails plus tard, sa demande est satisfaite.
 
Dernièrement, Alan Stivell a visité le blog de lanloup. Il a même autorisé son auteur à utiliser sa musique pour égayer les pages du site. Au passage, il a pu fêter l’anniversaire du doyen de la commune qui a fêté ses 90 ans. ‘’Un grand moment d’euphorie pour nous’’ assure Jean-Yves Rolland. Mais Chemins de travers a aussi permis à Raymond Clusaz, instituteur parisien de converser avec son élève d’il y a 50 ans, Alan Stivell. 

                                                                    

undefined
l
Lanloup-blog.jpg                                            Jean-Yves ROLLAND (photo Marie Hélène Pen)
l
                     TELEGRAMME


<< Cheminsde travers >> :
                          Lanloup au-delà des frontières


En août 2006, Jean-yves Rolland très attaché à sa commune, a créé le site « lanloup.over-blog.com Chemins de travers ». Au départ, c’est un blog associatif qui veut rapporter ce qui se passe dans les différentes associations. Rencontre.
 
Pourquoi avez-vous créé un tel site, dans une toute petite commune ?
 
« En fait, j’avais pour but de faire connaître ma commune en France et au-delà de nos frontières, pour qu’elle ne soit plus un petit point perdu sur une carte. A ce jour, le site compte 125 articles, répartis en 32catégories. Avec un brin d’humour et de poésie, j’ai souhaité mettre en valeur les chapelles et manoirs de notre beau patrimoine. En plus d’y découvrir les annonces de festivités, les comptes-rendus de manifestations et les communiquées des associations, les internautes peuvent s’y exprimer ou y présenter leur violon d’Ingres ».
 
Votre blog a-t-il franchi les frontières, selon vos désirs ?
 
« Un jour, j’ai été sollicité par Yoko Awasaki, directrice di Pola museum of Art du Japon. En possession de deux toiles du peintre Henri Moret, ayant réalisé de nombreux tableaux sur les côtes de Bretagne dans les années 1880, elle souhaitait en retrouver les descriptifs et l’endroit où ils avaient été peints, afin de les intituler et de les exposer. Quelques mails échangés avec divers musées de Basse-Bretagne et en moins de huit jours, j’ai pu satisfaire sa demande. Nous sommes restés en contact depuis ».
 
Qu’avez-vous à ajouter, Jean-Yves ?
 
« Le moment d’euphorie, après la visite d’Alan Stivell qui m’a autorisé à égayer mon blog de sa musique Celtique. Je suis heureux que mon fils Guillaume me seconde pour la prise de photos et de voir les bonnes volontés attachés à leur commune et à leur blog qui va continuer à sillonner ses petits Chemins de travers ». 
                                                                           Marie-Hélène PEN
l

Musique d'Alan STIVELL
Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans LE SITE FACE A LA PRESSE
commenter cet article
14 septembre 2007 5 14 /09 /septembre /2007 11:52


LA MAIN A LA PATE

l
LE FLAN ANTILLAIS  
 
A nouveau, nous allons remettre la main à la pâte avec Martine, qui  aujourd’hui va vous confectionner encore une recette très simple a réaliser : le flan ANTILLAIS. 

Et si moi je ne trouve pas Martine dans les cinq minutes, vous allez également me dire  dans ''un an t'y es'' !

En attendant qu'elle arrive voici ce qu'il vous faut :

Antillais-01.JPG
                                                            Que des bonnes choses !

- 1 boite de lait concentré sucré.

-  l'équivalent du volume de la boite de lait vide, en lait frais.

-  3 oeufs.

-  100 grs de noix de coco (si vous vous appelez Johnny prononcer noix de ''coucou'').

-  du caramel liquide

-  1 cuillère à soupe de vanille liquide (que j'ai oublié d'acheter).

-  1 Martine. 

Martine vient c'est commencé, pas le temps de mettre ton tablier, les gens attendent !

Antillais-02.JPG                                               Les blancs d'un côté les jaunes de l'autre !

On séparre les blancs des jaunes.
l
Antillais-03.JPG
               Bon aller on se dépêche un peu, nous sommes pas chez Maïté ! (quoi que, quoi que).

Mélanger le lait concentré sucré, avec les jaunes.
l


Antillais-05.JPG                                                                     Voilà voilà ça vient...
Y ajouter le même volume de lait frais.
l

Antillais-06.JPG                           Hum de la noix de coco, je répète si vous êtes célèbre dire ''coucou'') !
Puis la noix de coco râpée...
l
Antillais-07.JPG                                   Le batteur bien à l'horizontale, sinon tout le monde en profite !

Battre les blancs en neige ferme.
l

Antillais-08.JPG                                                                    Voilà qui est bien !
Pour être ferme, c'est ferme, on dirait la banquise !
l

Antillais-09.JPG                                                              Le savoir faire...
Et l'on mélange le tout délicatement, sans trop insister, j'insiste sur ce point !
l

Antillais-10.JPG                                             Hum un beau caramel ambré ni trop liquide ni trop épais.

Napper un moule de caramel, (que j'ai fait maison) si vous voulez la recette envoyer moi un E-mail !
l

Antillais-11.JPG                                                                            C'est bientôt fini !

Verser la pâte dans le moule.
l
Antillais-12.JPG                                                         Verser l'eau si possible à côté du moule...

Mettre le moule au four au bain marie, à 170°, thermostat 5-6, pendant 45 minutes.

Durant ce temps, dire à la figurante d'arrêter de faire du cinéma et de faire la vaisselle !
l

Antillais-13.JPG                                Le lendemain, si le frigo n'a pas été ouvert par des gourmands !

Et voilà le résultat !

Ce flan doit être préparé la veille et être servi très frais .

C'est fin, c'est très fin, ça se mange sans faim et sans fin, ce sera d'ailleurs le mot de la fin.
l
Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans MES RECETTES !
commenter cet article
6 septembre 2007 4 06 /09 /septembre /2007 21:22


PARIS BREST PARIS
 
l
JOËL HONORE LANLOUP 

 

Créée en 1891 par Pierre GIFFARD dans le but de démontrer le caractère pratique de la bicyclette, la randonnée Paris-Brest-Paris, soit un circuit de1200 km, est toujours d’actualité. 
l
PARIS-BREST.jpg
 
Cette année pour la 16 ème édition, un p’tit gars de chez nous, Joël DOUSSET, 65 ans, y représentait la commune de Lanloup.
 
Joël, fait du vélo depuis juillet 2002, date de son arrivée en retraite. Il est licencié depuis quatre ans au Club Cyclotouriste de Plouha.
PBP-01.JPG 
                                             Joël DOUSSET, 65 ans, au terme de ses 1250 km.
 
Après avoir effectué, comme il se doit les brevets d’homologations des 200, 300, 400 et 600 km exigés par le club organisateur l’Audax, Joël était en règle et admissible pour effectuer la célèbre Paris-Brest-Paris.
 
Joël est donc parti de Paris le lundi 20 Août à 21 h 30, sous un temps exécrable (nous aussi, ça console), pour y revenir le vendredi 24 à 13 h 41.


                       De retour au pays, quelques tours de vélo sur le circuit des falaises.
Sur les 5300 inscrits 3200 ont pointés à l’arrivée, fort heureusement notre poulain était dans le lot.
 
Ce n’est pas sans mal, qu’il a parcouru 1250 km en 88 heures et 11 minutes. Première étape, Paris-Loudéac soit 480 km. Ouf, le temps de souffler un peu, une petite douche, un repas, on regonfle le mec et le vélo, puis on repart de plus belle. 

Direction, Huelgoat, Roc Trévézel, Sizun et Brest, (de toute façon, il ne pouvait pas aller plus loin), après avoir traversé le symbolique pont Albert LOUPPE, il arrivait heureux au Stade Francis LE BLE.
 
l

PBP-03.JPG
                                                Bien content de retrouver son petit bourg.
Que faisait son épouse Jeannine durant tout ce temps ?
 
Je vais vous le dire !
 
Joël était muni d’une carte de pointage à puce et tout au long du circuit à chaque poste de contrôle, Jeannine surveillait Joël sur Internet. Donc, il était contrôlé deux fois, une fois officiellement par les organisateurs et une seconde fois à la maison par maman. Pas question comme pour le Tour de France de faire une échappée…, il était placé sous haute surveillance.
 
-         Joël, qu’às tu fait après avoir pointé à Brest à 11 h 45 ?
-         J’ai bu un coup et je me suis tiré au resto !  
l
PBP-06.JPG                                     Fort heureusement la route du retour était bien flêchée. 
Il n’a certes pas pris trop le temps d’écrire une carte postale à Jeannine, ni de faire du lèche vitrine, puisqu’à 12 h 45, il retourne son vélo pour faire la route en sens inverse (mais pas du même côté).
 
Il arrive ainsi à peine essoufflé pour l’apéritif, à 20 h à Loudéac. A peine essoufflé d’accord, mais les cervicales en vracs. Il en profite pour se faire masser tous les 80 km, (mais ça, Jeannine ne le sait pas, ce n’est pas dit par la carte à puce).
 
Son coatch, pour soulager la douleur, lui installe un crochet de tendeur à son casque et l’autre extrémité à son ‘’pantalon’’ et lui confectionne une minerve de fortune à l’aide d’un filet à pommes de terre bourré de papier journal, pour lui soulager les cervicales.  
l
PBP-04.JPG
                                                 M. le Maire, Hubert Blanchard, a félicité Joël.
Malgré les conseils d’arrêter ‘’ la promenade’’ Joël continu… il finit par devoir rouler, un coude posé sur le guidon, le menton reposant dans la main, de manière à voir la route sans trop souffrir, il en est ainsi durant une bonne centaine de km.
 
Ses dernières pensées ne furent pas pour Jeannine, mais pour les grands sportifs qui souffrent dans l’effort pour battrent des records et il pense que ses douleurs de cervicales, c’est bien peu de chose… 
l
PBP-05.JPG
                                                 Le prochain Paris Brest ce fera à la pâtisserie...
Enfin vendredi à 13 h 41, la délivrance ! Il arrive au panneau d’agglomération PARIS ! 

Jeannine.JPG
  Depuis le temps que l'on vous en parle... la voici enfin à côté de son champion, Dame Jeannine !
Merci Joël de nous avoir fait partager ces forts moments de ta randonnée et toutes nos félicitations. 
                       
l
Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans MAGAZINE
commenter cet article
2 septembre 2007 7 02 /09 /septembre /2007 08:28


CLIN D'OEIL
 
l
Côté... cour ! 
Tout était bien calme ces derniers temps à Lanloup, moins de circulation avec le départ des derniers touristes, du beau temps, une légère douceur d’automne se faisait sentir en cette fin de période estivale. 
mouette16.gif
 
Non ! Ce n’était quand même pas le calme complet… Bien au contraire !
 
Il y a quelques jours, je tentais d’achever ma grasse matinée bien paisiblement, (ce n’est pas vrai, je suis un lève tôt, mais pour l’article ça fait bien, surtout que je n’ai pas grand-chose à dire), quand quelques bruits sourds vinrent me titiller les tympans, des bruits de raclement d’abord. 
 
Puis, des bruits de moteurs qui se faisaient de plus en plus pointus et des éclats de voix me jetèrent hors du lit, j’ouvre la fenêtre, pas de casques à l’horizon, pas de jeeps non plus, donc pas de panique, ne nous alarmons pas... 

J’allume la radio, (ce n’est pas vrai, je ne l’écoute jamais, je capte rien, pas moi le poste), la France n’est en guerre avec personne, Nicolas prépare son petit cartable pour la rentrée, Ségolène aussi, elle range sa gomme et ses petits crayons, mais pas pour rentrer dans la même école, la routine pour tout le monde… donc ce ne peut-être qu’un phénomène uniquement local sans grande gravité, il n’y a pas péril en la demeure !
 
l
COUR-01.JPG
                                                     La cause de mes mots.
Je prends donc le temps d’avaler mon petit café Espagnol (café olé ! au lait), et je me dirige courageusement vers l’épicentre du séisme. Et là, je constate qu’une entreprise de travaux public est en train d’œuvrer, à défoncer la cour de mon ancienne école, transformer aujourd’hui en salle polyvalente, oui ma cour à moi, en miette…
 
Soudain, je me revois en culotte courte courir en ce lieu, sur un sol instable où les cailloux semblaient pousser hors de terre comme des champignons, je me revois également prendre mes grands pieds dans une roche qui dépassait un peu plus que les autres et faire un majestueux vol plané, m’étaler de tout mon long devant tout le monde… Oh la honte ! 
l
COUR-02.JPG
                                                                 Ma cour en miette !
Je me relevais en pleurs avec une profonde entaille dans le genou droit, que l’on m’aspergeait de teinture diode, ça me brûle encore, rien que d’y penser ! Oui je sais, c’est de l’histoire ancienne, à peine 45 ans, mais, si je ne porte plus les culottes courtes, je porte encore les stigmates de cette envolée majestueuse, avec une belle cicatrice.
 
Là, je m’égare un peu, nous avons parlé des prémisses de l’automne, de mes grasses matinées éphémères, d’un éventuel débarquement avorté, de mes vols planés dans la cour de l’école, de la rentrée politique de Nicolas et de Ségolène, nous avons fait un peu de médecine, nous allons dépassé E=M6 …. 
l
COUR-03.JPG
                                             La semaine prochaine, je bitume !
Enfin beaucoup de baratin pour tout simplement vous dire : que nous allons avoir un beau parking devant la salle des fêtes, car la municipalité a décidé de bitumer ma cour, ce qui n’est pas une mauvaise chose. 
l

Cour-04.JPG
                                                                   Toute de noire vêtue...
 
La seule chose dont j’ai le regret, c’est que ces travaux n’ont pas été exécutés quelques décennies plus tôt, car je ne me serais pas pris les pieds dans le tapis ! 
l
Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans LANLOUP AU JOUR LE JOUR
commenter cet article