Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 20:00


UN RECORD DE FRANCE
 

               UNE BAÏDARKA DE 6 m 40 !


Notre petite commune de Lanloup fait beaucoup parler d'elle depuis quelques temps et ce n'est pas fini !

                                                '' TORNASKUK '' (le bon vent) mesure 6 mètres 40 !

Elle va pouvoir bientôt entrer dans le livre des records, en effet, grâce à Yann Le Moine, la commune abrite la plus grande Baïdarka de France.

                                                                       Yann Le Moine

La Baïdarka est originaire des îles Aléoutiennes au nord ouest de l'Alaska. L'exemplaire réalisé par Yann le Moine, animateur de l'association Peuple Nomade (dont le siège social est basé à Lanloup), a été réalisé avec  l'aide d'un ami Denis Maréchal, également passionné de Kayak, qui n'a pas hésité à se lancer dans l'aventure.

                                                                          Denis Maréchal


Cette Baïdarka a 3 places, est un exemplaire unique en France. Elle mesure 6 m 40 de long et sa construction a nécessité 15 jours de travail à raison de 10 heures par jour. Sa réalisation s'est effectuée dans le cadre de l'opération ‘'Kayak à la mer'' qui s'est tenue à Loguivy de la Mer.
 
                                                                         Ni clous, ni vis...

Sur le Groenland il y a environ une soixantaine de modèles de kayak, tous aussi différents les uns des autres. Chacun est adapté à une condition particulière de navigation, ainsi qu'aux divers modes de pêches pratiqués.   Depuis 1500 ans les Aléoutes ont su mettre au point une architecture marine, très efficace qui fait encore ses preuves aujourd'hui.

                                               Bientôt les grands voyages ! (photo, Peuple Nomade).

Yann a voulu percer le secret des Esquimaux et passe volontiers cinq mois de l'année sur leurs territoires en quête d'informations, de conseils et d'observations.  Si bien que peu à peu, il s'est approprié leurs techniques ancestrales de construction pour les adapter à nos besoins de navigation.
I
                    Loin de nos côtes, d'autres couchés de soleil... (photo Peuple Nomade).


La construction d'une Baïdarka est basée sur des critères anthropométriques, fait autour de l'homme, à savoir qu'une embarcation est réalisée aux mesures de son propriétaire, sur des règles précises. Trois fois sa hauteur, moins un avant bras... Un véritable chausson sur mesure, le navigateur doit s'y glisser comme dans une pantoufle. Son mode de construction traditionnel est cependant évolutif, pour répondre à tous les cas.

                                                           Une magnifique architecture !


L'ossature est composée de multiples lamelles de bois confectionnées en pins maritimes qui bordent les rives du Trieux, de frênes et de chênes de Bretagne. L'assemblage est garantie par des tenons, des mortaises, et par des kilomètres de lien de chanvre, qui a la propriété de se tendre en milieu humide, ce qui est un grand avantage. Pas de vis, pas de clou, pas de colle.

                                                                         Pose de la toile.
 

La carcasse achevée, elle est recouverte d'une toile de coton biologique d'une densité de 300 grammes au mètre carré fabriquée chez nos cousins Ecossais.

                                                         Une réparation de dernière minute.

Dimanche après midi sur la place du bourg Yann et Denis, assistés de quelques gros bras ont entoilé la Baïdarka. Ce travail laborieux nécessite force et concentration, le plus dur étant de tendre au départ la toile sur la quille et de très vite l'agrafer, avant de reprendre des forces pour renouveler l'opération.
I
                Beaucoup d'efforts, pour tendre sur la coque, la toile enroulée autour d'un gourdin.

La mise à l'eau de ''TORNASKUK'' (le bon vent) s'effectuera ce week end à Plouguerneau, mais une seconde mise à l'eau aura lieu prochainement à Bréhec pour répondre à de nombreuses demandes.

         Ce n'est pas un numéro de cirque sur la place du bourg... Seule, la toile subit les agrafes.

 Cette toile hyper tendue sur la coque est cousue main, de l'avant à l'arrière, toujours avec du fil de chanvre Breton. Pour rendre cette toile étanche, elle est recouverte d'un vitrificateur de parquet auquel Yann ajoute 10 % d'huile de lin, ce qui donne une bonne souplesse à la toile de l'embarcation, dont la structure est elle même articulée en deux points pour s'adapter aux mouvements des vagues.

               La Baïdarka est ensuite retournée, pour être '' prise en main entre des gros bras ''.

La construction totale d'une telle embarcation finie prête à naviguer demande tout de même 500 heures de travail.

 

                                                                     Quatre heures, plus tard...
Son coût équivaut à 800 €, soit le prix d'une embarcation du même type en vente en magasin spécialisé. Mais vous avez avec Yann, la satisfaction de l'avoir conçu vous-même et sa forme sera unique...

                                                           Et voilà... Le rêve est devenu réalité !

Yann ne donne pas que des cours de construction de kayak et de construction de pagaies traditionnelles en bois, il anime également l'école de randonnée de Kayak en mer et l'initiation jusqu'aux expéditions lointaines et ceux depuis 2002, date de création de l'association ‘'Peuple Nomade''.

                                                 Un décor appelé à disparaître ?... (photo Peuple Nomade)

Ballade autour de Bréhat pour débuter pour les Novices, et pour les Avertis une expédition lointaine de 15 jours à un mois dans le Nord Arctique au Groenland.

                                 Début ou fin d'un voyage... (photo Peuple Nomade que je remercie).

Pour information, une ballade d'un week end en Bretagne vous coûtera environ 200 € tout compris, un peu plus loin au cercle polaire 1000 € la semaine. Ce qui vous donnera une belle occasion de vous plonger dans les derniers espaces naturels de la planète extrêmement menacés.

Partager cet article

Repost 0
Published by JEAN-YVES ROLLAND - dans MAGAZINE
commenter cet article

commentaires